François-Isidore Dupont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Dupont du Fayt
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ManageVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

François-Isidore Dupont dit "du Fayt", né le à Seneffe et mort le à Fayt-lez-Seneffe, est un industriel et homme politique belge.

François Dupont est le fils de Antoine Dupont et de Marie-Louise. Son père est fermier à La Croyère, meunier, distillateur et receveur pour des sociétés charbonnières.

François Dupont épouse Christine Charlotte Silez (née à Haine-Saint-Paul le 24 avril 1779, décédée à Fayt-lez-Seneffe le 27 juin 1844). Elle est la fille d'Antoine Silez (né à Haine-Saint-Paul le 15 novembre 1757, y décédé le 23 août 1826), propriétaire d'une platinerie à Haine-Saint-Paul.

Il fonde une fabrique de clous à Fayt-lez-Seneffe (1800) et à Merbes-le-Château (1814). Il fonde aussi une platinerie à Arquennes (1809), une usine métallurgique à Feluy (1821), des fonderies, laminoirs et fenderie à Fayt-lez-Seneffe (1821), un haut fourneau à coke à Châtelineau (1831) et une société de charbonnages à Bois d'Haine et Fayt-lez-Seneffe (1837).

Laminoirs, fonderies, forges et ateliers de construction Dupont (Fayt-lez-Seneffe), extrait de J. GERUZET, La Belgique industrielle, 1852.
Laminoirs, forges, fonderies et ateliers de construction Dupont (Châtelineau), extrait de J. GERUZET, La Belgique industrielle, 1852.

Après l'obtention d'une concession, il cofonde aussi une société destinée à construire une route à péages entre Bascoup et Anderlues[1] (1837).

En 1833, il fait l'acquisition du château de l'Escaille (Fayt-lez-Seneffe).

En 1834, il obtient la commande de 5600 tonnes de rails et accessoires nécessaires à la construction de la ligne de chemin de fer entre Bruxelles et Malines dont il devient donc, avec John Cockerill, l'un des fournisseurs.

Fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pasinomie, troisième série, tome VII, 1837, pp. 322 et 677 (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • J.-L. De Paepe et C. Raindorf-Gérard, Le Parlement belge, 1831-1894. Données biographiques, Bruxelles, 1996, p. 288.
  • J. Stengers, J.-L. De Paepe, M. Gruman e.a., Index des éligibles au Sénat (1831-1893), Bruxelles, 1975.
  • E. Matthieu, Biographie du Hainaut, Enghien, 1902-1905, I, p. 245-246.
  • J.-F. Brigode, À propos d'un épisode de la révolution industrielle. Les entreprises Dupont, Bruxelles, s.d., p. 9-11 en 18-21. (consultable dans la bibliothèque du S.C.G.D.)
  • J. Strale, Châteaux et grandes familles de Fayt, Commission d'histoire de Fayt-lez-Manage, 1988, p. 9-29.
  • A. Warzée, Exposé historique et statistique de l'industrie métallurgique dans le Hainaut, Mons, De Masquillier et Dequesne, 1861, pp. 112-114. (lire en ligne)
  • J. De Soignie "Notice historique sur Fayt-lez-Seneffe", Annales du Cercle Archéologique de Mons, vol. 11, 1873, pp. 193 à 239. (lire en ligne)
  • Inventaire du patrimoine wallon : château de l'Escaille