Famine de 1932-1933 au Kazakhstan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les principaux groupes ethniques au Kazakhstan de 1897 à 1970. Le nombre de Kazakhs et d'Ukrainiens a diminué à cause de la famine de 1932-1933.

La famine de 1932-1933 au Kazakhstan, aussi appelée catastrophe kazakhe par Robert Conquest[1], est une famine ayant touché le Kazakhstan lors des famines soviétiques de 1931-1933. Bien que l'Ukraine ait été la plus touchée, la famine s'est aussi étendue à la République socialiste fédérative soviétique de Russie, à la République socialiste soviétique autonome kazakhe et à d'autres zones[2]. Les Kazakhs ont été les plus sévèrement touchés par la famine soviétique quant au pourcentage de victimes (environ 38 %)[3]. Près de 1,5 million de personnes (ou peut-être même 2 à 2,3 millions) sont mortes au Kazakhstan, dont 1,3 million de Kazakhs ethniques[4].

Elle est connue au Kazakshan comme le "génocide de Golochchekin" (kazakh : Голощекиндік геноцид)[5], en référence à Philippe Golochchyokin (en), qui a mis en place le soviétisme au Kazakhstan à l'époque.

En tenant compte de la famine de 1919-1922 au Kazakhstan, en environ 15 ans, les terres kazakhes ont perdu plus de la moitié de leur population en raison des actions des Soviétiques[6].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Cube mis en place en attendant l'édification d'un monument aux victimes de la famine Soviétique (1931-1933) dans le centre d'Almaty au Kazakhstan.

La famine a rendu les Kazakhs minoritaires dans leur propre république, et il fallut attendre les années 1990 pour qu'ils soient à nouveau l'ethnie majoritaire au Kazakhstan. Avant la famine, environ 60 % de la population de la république étaient Kazakhs, mais après la famine, ils ne représentaient plus que 38 % de la population[7],[5],[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Conquête, Robert, «La Récolte de la Douleur: la Collectivisation Soviétique et de la Terreur — la Famine», (Edmonton: L'Université de l'Alberta, de la Presse, en Association avec l'Institut Canadien d'Études ukrainiennes, 1986).
  • Sahni, Kalpana. Crucifying l'Orient : le russe, l'orientalisme et de la colonisation du Caucase et d'Asie Centrale. Bangkok : Orchidée Blanche Press, 1997
  • I. Ohayon, La sédentarisation des Kazakhs dans l''URSS de Staline, de la collectivisation et changement social, Paris, maisonneuve et Larose, 2006 (en français)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Conquest, The Harvest of Sorrow: Soviet Collectivization and the Terror-famine, .
  2. (en) Bruce Pannier, « Kazakhstan: The Forgotten Famine », Rferl.org, (consulté le 12 octobre 2016).
  3. a et b (en) NICCOLÒ PIANCIOLA, « The Collectivization Famine in Kazakhstan, 1931–1933 », Harvard Ukrainian Studies, Harvard Ukrainian Research Institute, vol. 25, nos 3–4,‎ , p. 237–251 (PMID 20034146, JSTOR 41036834).
  4. (en) Elena Volkava, « The Kazakh Famine of 1930–33 and the Politics of History in the Post-Soviet Space », Wilson Center, (consulté le 12 octobre 2016).
  5. a et b (kk)Қазақстан тарихы: Аса маңызды кезеңдері мен ғылыми мәселелері. Жалпы білім беретін мектептің қоғамдык- гуманитарлық бағытындағы 11-сыныбына арналған оқулық / М.Қойгелдиев, Ә.Төлеубаев, Ж.Қасымбаев, т.б. — Алматы: «Мектеп» баспасы, 2007. — 304 бет,суретті.
  6. (ru) « Pendant la famine au Kazakhstan, 40 % de la population sont morts » (consulté le 12 octobre 2016).
  7. (ru) M. B. Tatimov, Le conditionnement social des processus démographiques, Alma-Ata, , p. 124.