Famille Rouph de Varicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille Rouph de Varicourt est une famille notable française.

Probablement originaire d'Angleterre, elle est installée depuis le XVIIe siècle dans le Pays de Gex à Versonnex près de Ferney dans l'Ain. Elle est alliée à toutes les familles notables de la région aux XVIIIe et XIXe siècle (Emery, Balleydier, Matherot, Borssat d'Hauterive, Girod de l'Ain, Masson d'Autume, Duval...).

Ses membres se sont distingués en servant la France, notamment dans les Gardes du Corps du Roi de France.

  • Tout d'abord leur grand-père Daniel-César Rouph de Varicourt (1690-1773), officier dans le régiment de Quercy, nommé procureur du Roi à Gex le 1er décembre 1739, marié à Marie Borsat des Dombes ;
  • Le père Marin-Etienne Rouph de Varicourt, maréchal de camp mort chez lui à Gex le 28 novembre 1780, époux de Gilberte Prospère Prez de Crassier, dont il eut dix enfants ;
  • Son fils, Pierre-Marin Rouph de Varicourt, fut curé de Gex avant et après la Révolution et mourut évêque d'Orléans en 1822 après avoir laissé des mémoires très intéressants sur l'Émigration ;
  • François, né le 5 juillet 1760 à Gex, reçu garde du corps du Roi le 28 mars 1779 qui succombe sous les coups lors des émeutes des 5 et 6 octobre 1789 qui amènent les femmes de Paris à venir chercher à Versailles « le Boulanger, la Boulangère et le Petit Mitron ». Se précipitant à la porte des appartements royaux en criant « Sauvez la Reine ! », il contient avec un autre camarade, Miomandre de Sainte Marie, la ruée de ceux qui veulent assassiner « l'Autrichienne ». Leur courage va permettre à la Reine de se réfugier dans l'appartement du Roi. La tête de François fut tranchée et mise au bout d'une pique, c'est sa tête que l'on voit sur les gravures montrant le peuple escortant le retour de la famille royale à Paris[2].
  • Claude Gabriel Rouph, né le 28 juin 1778 qui fut reçu garde du Roi en considération de son frère tué.
  • Louis Marie Joseph Rouph, dernier garde du Corps de la famille, né le 18 septembre 1768 et baptisé à Gex le 26 novembre 1769, qui épouse à Londres Marie Jeanne Thérèse Nadal de Saintrac, née à Basse-Terre en Guadeloupe le 31 mars 1777, meurt à la Martinique au Lamentin le 28 décembre 1799. De son mariage à Londres avec Marie Jeanne Thérèse Nadal de Saintrac naquit un fils au Mouillage de la Martinique (St Pierre) le 13 octobre 1799, Louis Prosper Charles Thérèse Rouph de Varicourt.

Notes et références[modifier | modifier le code]