Fête de la Gani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ensemble de kankanguis à la Gaani de 1969

La Gaani est une fête identitaire wasangari qui se célèbre chaque année au Bénin, Nigéria et Togo (région de Sokodé). La fête de la Gaani aurait été instituée par Sunɔ Sero pour célébrer la quiétude de sa communauté retrouvée après leur poursuite par une armée djihadiste ; d’où le nom « Gaani » qui serait une altération de « Ganni » qui signifie se blottir en langue bariba/baatɔnum. Au départ, la Gaani se célébrerait donc à Wenu (dans l’actuelle commune de Nikki). C’est Simɛ Dobidia, le réformateur qui a transféré sa célébration à Nikki, sa nouvelle capitale. Trois provinces instituées par Simɛ Dobidia ont été hiérarchisées suivant le rang d’aînesse des fondateurs. Ainsi, lorsque le Sinaboko de Nikki décède et qu’un nouveau n’est pas encore désigné, c’est le Sinadunwiru (Chef de terre) qui en assure la régence. Mais lorsque la fête de la Gaani tombe dans cette période, c’est le Buay Sunɔ qui dirigera cette célébration. En cas d’absence de ce dernier, ce sera le Kika Sunɔ et cas d’absence de celui-ci, la responsabilité incombera au Sandiro Sunɔ. Lors de toutes les cérémonies ou affaires du royaume, cette hiérarchie est respectée.

Il est écrit par plusieurs historiens que le village de Wenu est la destination finale des Wasangari après avoir transversé le fleuve Niger de l’Est vers l’Ouest. La classe aristocratique dite wasangari n’a de la valeur qu’en pays bariba, le Barutem et ensuite dans un sens plus large dans le Baruwuu (Borgou).

Le Baruwuu est un territoire qui regroupe en plus du Barutem (territoire des Baatɔmbu), d’autres territoires annexes occupés par d’autres groupes sociolinguistiques différents des Baatombu, tous sous le contrôle moral et militaire des Sinaboko de Nikki. La superficie du Baruwuu serait environ celle de la République du Bénin actuelle. Ce territoire s’étendrait de la partie centre-ouest et nord-ouest du Nigéria à la partie centre-est du Togo dans la région de Sokodé, en passant par la quasi-totalité de la partie centrale et septentrionale du Bénin entre Guéné dans la commune de Malanville et Savè dans le département des Collines. L’un des symboles de l’unité de ce territoire du Baruwuu, c’est la présence au sein de ces différents groupes socio-linguistiques, des prénoms qu’on retrouve en milieu bariba tels que Woru/Oru, Sabi/Chabi, Bio, Boni/Bani, Sanni, Yon, Bona/Bana, Baké, Buyon, Beru/Bellu, Sarè, Bassabi, Babio, Basanni, Yoru/Yollu. Il y a aussi des noms comme Gomina, Yaru, Sinayisire, Mora, Dafia/Lafia, Tunku/Tungu, Bio Gene, Orou Guene, etc. Le partage de ces mêmes noms par les différents groupes socio-linguistiques dénote du brassage très poussé entre eux et de leur volonté affiché de vivre ensemble. Face aux incursions étrangères (notamment celle de l’empire Sonrhaï), les populations du Baruwuu sont toujours restés solidaires, jusqu’à la pénétration des colonisateurs européens.

Notes et références[modifier | modifier le code]