Etienne de Swardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Etienne de Swardt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Etienne de Swardt chez Senteurs d'Ailleurs, Haute Parfumerie à Bruxelles, décembre 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
PretoriaVoir et modifier les données sur Wikidata

Etienne de Swardt, né le à Pretoria (République d'Afrique du Sud), est un créateur et éditeur de parfums français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Etienne de Swardt naît en 1970 d’un père sud-africain, ingénieur, et d’une mère française, professeur agrégée de lettres classiques. En 1975, ses parents quittent l’Afrique du Sud pour la Nouvelle-Calédonie. En 1993, Etienne de Swardt arrive à Paris où il choisit de rejoindre l'ESSEC.

Premières armes au sein de Givenchy[modifier | modifier le code]

Une fois ses études achevées, il entre au sein du groupe LVMH en 1994 et écrit les concepts des parfums Givenchy jusqu’en 2000.

Entre animaux domestique et boxe[modifier | modifier le code]

En mai 2000, Etienne de Swardt lance la première ligne de parfums pour chiens : « Oh My Dog ! » suivie de « Oh My Cat ! », commercialisées par la société Dog Generation.

En 2004, il lance la gamme parfum et soin du corps de la marque américaine de boxe Everlast avec les slogans « Made in Pain » et « Nothing soft comes out of the Bronx ».

Création de l’État libre d'Orange[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État libre d'Orange (parfumeur).

En 2006, Etienne de Swardt proclame l’ « année zéro de la parfumerie » en fondant l'État Libre d’Orange, une galerie située à Paris où il invite les parfumeurs à créer hors des contraintes et codes traditionnels de l’industrie. A l’instar des Boers, fondateurs de la province sud-africaine de l’État libre d’Orange, Etienne de Swardt souhaite créer une enclave de liberté absolue et de libertinage olfactif. Il fait ainsi de la cocarde révolutionnaire son logo et rédige une déclaration d’indépendance qui devient le manifeste d’État Libre d’Orange[1].

D’« auberge espagnole des nez », la galerie créée au 69 rue des Archives, dans le troisième arrondissement de Paris, est devenue une marque de parfumerie de niche.

Elle est à présent connue et reconnue[réf. nécessaire] par les professionnels et amateurs de parfum français et internationaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]