Entolome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Entoloma

Le genre Entoloma (nom vernaculaire : les Entolomes) comprend des champignons basidiomycètes de la famille des Entolomataceae. Ce sont souvent des espèces saprotrophes.
La phylogénétique les classe dans le clade V Tricholomatoïde de l'ordre des Agaricales. Il s'agit du genre ayant le plus grand nombre d'espèces après Cortinarius[1].

Étymologiquement « entoloma » provient du grec ancien entos, « à l'intérieur », et loma, « frange ou bordure d'un vêtement ».

Ce sont des champignons morphologiquement divers, avec pour certains, des sporophores charnus et robustes et pour d’autres des sporophores grêles et de petite taille. Entoloma hochstetteri est par exemple entièrement bleu, caractéristique rarissime chez les espèces terrestres. Les espèces de ce genre se caractérisent par leurs lames adnées à échancrées et des spores rosées décorées d'un réseau de crêtes interconnectées et anguleuses sous tous les angles[1].

Certains sont de bons comestibles comme Entoloma clypeatum dit « du bouclier » ou Entoloma sepium dit « des haies », d’autres sont indigestes comme Entoloma rhodopolium dit « Entolome gris-rosâtre », ou encore Entoloma nidorosum dit « Entolome à odeur de nitre ». D'autres sont franchement vénéneux comme Entoloma lividum, causant des intoxications avec effets de type gastro-intestinal.

Leur habitat est essentiellement terricole ; on les retrouve dans les haies, au bord des chemins, mais également dans les bois de feuillus, plus rarement sous les conifères.

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

  • Hyménophore : chapeau non séparable du pied, convexe ou conique puis étalé. Déprimé, bosselé ou mamelonné au centre.
  • Marge : sa marge est souvent ondulée et lobée.
  • Lames : lamelles peu serrées, adnées, échancrées à l’insertion sur le pied. Généralement blanchâtres à jaunâtres puis roses à brun-rose.
  • Stipe : pied robuste ou grêle, ferme ou fragile selon les espèces, blanchâtre.
  • Chair : chair blanchâtre pouvant se teinter de jaune ou de roux aux blessures. Généralement ferme,
  • Odeur : dégage souvent une agréable odeur de farine.
  • Sporée : spores roses à brun-rose.

Confusion possible[modifier | modifier le code]

Des confusions sont possibles entre l’Entoloma lividum (vénéneux) et les Entoloma sepium, dit des haies et Entoloma clypeatum Entolome en bouclier (bons comestibles) ainsi qu’avec le Clitopilus prunulus dit Clitopile petite prune et le Tricholome de la Saint-Georges (excellents), en plus d’une ressemblance morphologique tous dégagent une agréable odeur de farine fraîche, le Clitocybe nébuleux est également concerné par une possibilité de méprise.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Situation du genre Entoloma[modifier | modifier le code]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

L'espèce type est Entoloma sinuatum (Bull.) P. Kumm. (1871). Les autres espèces du genre sont :

  • Entoloma aberrans E. Horak (1973)
  • Entoloma acuticystidiosum E. Horak (1973)
  • Entoloma aethiops (Scop.) Hesler (1967)
  • Entoloma albidum Murrill (1917)
  • Entoloma aromaticum E. Horak (1973)
  • Entoloma asprelloides G. Stev. (1962)
  • Entoloma asprellum (Fr.) Fayod (1889)
  • Entoloma atrellum E. Horak (1973)
  • Entoloma brunneolilacinum E. Horak (1973)
  • Entoloma canoconicum E. Horak (1976) [1975]
  • Entoloma cavipes E. Horak (1973)
  • Entoloma cerinum E. Horak (1973)
  • Entoloma chloroxanthum G. Stev. (1962)
  • Entoloma clypeatum (L.) P. Kumm. (1871)
  • Entoloma colensoi G. Stev. (1962)
  • Entoloma conferendum (Britzelm.) Noordel. (1980)
  • Entoloma congregatum G. Stev. (1962)
  • Entoloma convexum G. Stev. (1962)
  • Entoloma corneum E. Horak (1973)
  • Entoloma crinitum E. Horak (1973)
  • Entoloma croceum E. Horak (1980)
  • Entoloma cucurbita E. Horak (1973)
  • Entoloma deceptivum E. Horak (1973)
  • Entoloma depluens (Batsch) Hesler (1967)
  • Entoloma eulividum Noordel. (1985) [nom. nov.]
  • Entoloma farinolens E. Horak (1973)
  • Entoloma fuscum (Cleland) E. Horak (1980)
  • Entoloma gelatinosum E. Horak (1973)
  • Entoloma gracile G. Stev. (1962)
  • Entoloma haastii G. Stev. (1962)
  • Entoloma hochstetteri (Reichardt) G. Stev. (1962)
  • Entoloma imbecille (E. Horak) E. Horak ex Segedin & Pennycook (2001)
  • Entoloma incanum (Fr.) Hesler (1967)
  • Entoloma lampropus (Fr.) Hesler (1967) [as 'lampropodum']
  • Entoloma lanceolatum Wölfel & Hauskn. (1999)
  • Entoloma latericolor E. Horak (1976) [1975]
  • Entoloma lividoalbum (Kühner & Romagn.) Kubicka (1975)
  • Entoloma mariae G. Stev. (1962)
  • Entoloma melanocephalum G. Stev. (1962)
  • Entoloma melleum E. Horak (1973)
  • Entoloma minutoalbum E. Horak (1976) [1975] [nom. nov.]
  • Entoloma nitidum Quél. (1883)
  • Entoloma niveum G. Stev. (1962)
  • Entoloma nothofagi sensu G. Stev. (1962)
  • Entoloma obrusseum E. Horak (1980) [nom. nov.]
  • Entoloma panniculum (Berk.) Sacc. (1887)
  • Entoloma parsonsiae G. Stev. (1962) [as 'parsonsii']
  • Entoloma pascuum (Pers.) Donk (1949)
  • Entoloma peralbidum E. Horak (1973)
  • Entoloma perplexum E. Horak (1973)
  • Entoloma perzonatum E. Horak (1973)
  • Entoloma phaeomarginatum E. Horak (1973)
  • Entoloma placidum (Fr.) Noordel. (1981)
  • Entoloma pluteimorphum E. Horak (1980) [nom. nov.]
  • Entoloma porphyrescens E. Horak (1973)
  • Entoloma procerum G. Stev. (1962)
  • Entoloma psittacinum (Romagn.) E. Horak (1976) [1975]
  • Entoloma rancidulum E. Horak (1973)
  • Entoloma readiae G. Stev. (1962) [as 'readii']
  • Entoloma saepium (Noulet & A. Dass.) Richon & Roze (1886)
  • Entoloma sericellum (Fr.) P. Kumm. (1871)
  • Entoloma sericeum Quél. (1872) [as 'sericeus'] [nom. nov.]
  • Entoloma serratomarginatum Horak (1980)
  • Entoloma staurosporum (Bres.) E.Horak (1976) [1975]
  • Entoloma strictum G. Stev. (1962)
  • Entoloma sulphureum E. Horak (1973)
  • Entoloma translucidum E. Horak (1973)
  • Entoloma uliginicola E. Horak (1980) [as 'uligincola']
  • Entoloma virescens (Berk. & M.A. Curtis) E. Horak ex Courtec. (1986)
  • Entoloma viridomarginatum (Cleland) E. Horak (1980)
  • Entoloma vulsum E. Horak (1973)

Noms vernaculaires français[modifier | modifier le code]

  • Entoloma albidum - cendré
  • Entoloma aprile - d'avril
  • Entoloma argenteum - argenté
  • Entoloma bicolor - bicolore
  • Entoloma clypeatum - en bouclier
  • Entoloma cokeri - de Coker
  • Entoloma flavifolium - à lames jaunes
  • Entoloma fumosoluteum - jaune fuligineux
  • Entoloma lividoalbum - blanc livide
  • Entoloma lividum - livide (= E. sinuatum)
  • Entoloma luridum - blafard
  • Entoloma murinum - gris souris
  • Entoloma niphoides - blanc de neige
  • Entoloma rhodopolium - gris rosâtre
  • Entoloma subradiatum - radié
  • Entoloma subsinuatum - subsinué
  • Entoloma turbidum - à pied strié

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Co-David, D et al., « Molecular phylogeny and spore evolution of Entolomataceae. », Persoonia, vol. 23,‎ , p. 147-176 (DOI 10.3767/003158509X480944, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Courtecuisse et Bernard Duhem (illustrations), Guide des champignons de France et d'Europe : 1752 espèces décrites et illustrées, Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Les Guides du Naturaliste », , 544 p. (ISBN 978-2-603-01691-6)
  • Marcel Bon : Champignons de France et d'Europe occidentale (Flammarion, 2004, 2012), 368 p. (ISBN 978-2-0812-8821-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :