Emmanuelle Favier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emmanuelle Favier
Description de cette image, également commentée ci-après
Emmanuelle Favier lors du Festival Atlantide - Les Mots du Monde à Nantes, le Lieu Unique, le 17 février 2018.
Naissance
Nationalité Française
Pays de résidence France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Le courage qu'il faut aux rivières (2017)

Emmanuelle Favier, née le [1], est une auteure et journaliste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuelle Favier est l'auteure de trois livres de poésie À chaque pas, une odeur (2002), Dans l’éclat des feuilles vives (2005) et Le Point au soleil (2012)[2]. Parallèlement à ces publications, ses textes apparaissent dans un nombre conséquent de titres de presse ou d'anthologies réputés dans les pays francophones, telles les revues Brèves, Harfang, Poésie 1, Le Journal des poètes, Lieux d'être, L'Arbre à paroles ou Mulitples[3],[4].

En 2012, le recueil de nouvelles Confession des genres est édité aux éditions Luce Wilquin. Au sein de cet ensemble, l'auteure laisse la parole à un narrateur masculin cherchant à explorer les relations amoureuses, la sensualité et l'érotisme[5].

Après avoir soutenu en 2006 une thèse sur les adaptations au théâtre de l’œuvre et de la vie du poète français Arthur Rimbaud, Emmanuelle Favier part pour le Québec où elle coécrit et co-met en scène avec Anne Pépin la pièce Abeille 14, qui traite de la tuerie antiféministe commise par Marc Lépine à l'école polytechnique de Montréal en 1989.

Elle retrouve le théâtre en 2012 avec l'écriture de Laissons les cicatrices, le récit d'une famille à la sortie de la guerre, empreinte de ses béances et de ses cicatrices. La pièce est accompagnée par le collectif À mots découverts et récompensée du premier prix du concours d’écriture dramatique du Théâtre de la Manufacture des Abbesses en 2013[6]. En 2016, sa nouvelle pièce intitulée Les Candélabres[7] est également accompagnée par le collectif À mots découverts.

Correctrice-relectrice pour le site d'information en ligne Mediapart depuis 2011, elle est également à l'origine de la rédaction d'articles et critiques publiés dans Altermed, Alternatives théâtrales, Cahiers de théâtre/Jeu, Médiapart ou encore Poésie 1[8],[9],[10]. Ancrée dans le monde littéraire, elle organise différentes rencontres littéraires entre 2013 et 2015, et notamment à la Maison de la poésie à Paris[3].

De 2008 à 2015, elle collabore avec le guitariste Fabien Montes à la mise en musique de ses textes dans le cadre du duo Proses électriques[11].

En 2017, elle édite son premier roman Le courage qu'il faut aux rivières aux éditions Albin Michel[12]. Emmanuelle Favier s'intéresse aux "vierges jurées", ces femmes albanaises qui abandonnent définitivement leur féminité pour vivre comme des hommes[13],[14],[15].

Publications[modifier | modifier le code]

Recueils de poésie[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Confession des genres, Éditions Luce Wilquin, Coll. Euphémie, 96p, 2012, ISBN 2882534515

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le courage qu'il faut aux rivières, Albin Michel, 224p, 2017, ISBN 2226400192

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Abeille 14, 2007
  • Laissons les cicatrices, 2012
  • Les Candélabres, 2016

Albums[modifier | modifier le code]

  • Rimbaud, Jean-François Demay, Emmanuelle Favier, Fabien Montes, texte chronologique à la première personne accompagnant le projet musical, 56p, Formulette production, 2015, ISBN 2362561348

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Premier prix du concours d’écriture dramatique de la Manufacture des Abbesses pour Laissons les cicatrices
  • 2017 : Prix révélation de la SGDL pour Le Courage qu'il faut aux rivières
  • 2018 : - Prix Jeune Mousquetaire de Nogaro pour Le Courage qu'il faut aux rivières, Prix Poulet-Malassis de la Ville d'Alençon pour Le Courage qu'il faut aux rivières


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Favier, Emmanuelle (1980-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 24 février 2018)
  2. « Emmanuelle Favier - Poésie en liberté », Poésie en liberté,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Biographie d'Emmanuelle Favier », sur https://www.mediapart.fr
  4. « Emmanuelle Favier – Marché de la Poésie », sur www.marche-poesie.com (consulté le 15 février 2018)
  5. « Confession des genres d'Emmanuelle Favier chez Luce Wilquin », sur www.20minutes.fr, (consulté le 15 février 2018)
  6. « Laissons les cicatrices, pièce d'Emmanuelle Favier », sur https://www.theatre-contemporain.net
  7. « Les Candélabres d'Emmanuelle Favier », sur https://www.theatre-contemporain.net/,
  8. Emmanuelle Favier, « Au détour des livres (3). Le cas Hélène Bessette : affaire non classée », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  9. Écrire et créer au féminin, Alternatives théâtrales, n°129, , 80 p. (ISBN 9782874280993, lire en ligne)
  10. Favier Emmanuelle, « Le corps représentable : stratégies du virtuel au coeur de 14Abeille », Jeu, no 125,‎ , p. 95-99 (ISSN 0382-0335 et 1923-2578, lire en ligne)
  11. « Emmanuelle Favier », sur LA REVUE DE LA NOUVELLE (consulté le 15 février 2018)
  12. Marie Josée Desvignes, « Le courage qu’il faut aux rivières : le premier roman d'Emmanuelle Favier », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  13. Marine Landrot, Le courage qu'il faut aux rivières d'Emmanuelle Favier, (lire en ligne)
  14. Laurence Houot, « Le courage qu'il faut aux rivières : 5 questions à Emmanuelle Favier », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  15. « Baptême du feu pour les auteurs de premiers romans », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)