Emily Eden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emily Eden
Emily Eden.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Britannique, royaume de Grande-Bretagne (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
Eleanor Elliot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Robert Eden
Elizabeth Charlotte Eden (d)
Caroline Eden (d)
Eleanor Eden (en)
Mary Louisa Eden (d)
William Eden
George Eden
Mary Dulcibella Eden (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Titre honorifique
L'honorable

Emily Eden ( - ) [1] est une poétesse et romancière anglaise qui a fait des récits pleins d'esprit sur la vie anglaise au début du XIXe siècle. Elle a écrit un récit célèbre de ses voyages en Inde et deux romans qui se sont bien vendus.

Famille[modifier | modifier le code]

Née à Westminster, elle est la septième fille de William Eden, 1er baron Auckland, et de sa femme Eleanor Elliot. Elle est l'arrière-arrière-arrière-tante du Premier ministre Anthony Eden.

À la fin de la trentaine, elle et sa sœur Fanny se sont rendues en Inde, où son frère George Eden, 1er comte d'Auckland réside en tant que gouverneur général de 1835 à 1842. Elle écrit des récits de son séjour en Inde, rassemblés plus tard dans le volume Up The Country: Lettres écrites à sa sœur des Hautes Provinces de l'Inde (1867). Alors que ses écrits indiens mettent l'accent sur les descriptions de voyage, la couleur locale et les détails des fonctions cérémonielles et sociales auxquelles elle assiste, elle a également fourni un compte rendu perceptif des principaux événements politiques qui se sont produits pendant le mandat de son frère. Il s'agit notamment de la destruction totale d'une armée britannique / indienne lors de la retraite de Kaboul en 1842 ; une catastrophe dont George Eden est tenu pour partiellement responsable [2].

Fiction[modifier | modifier le code]

Elle écrit deux romans très réussis : The Semi-Detached House (1859) et The Semi-Attached Couple (1860). Ce dernier a été écrit en 1829, mais n'a pas été publié avant 1860. Les deux ont une touche comique que les critiques ont comparés à celle de Jane Austen, qui est l'auteur préféré d'Emily [3]. Le premier des deux est décrit comme « une étude accomplie des contrastes sociaux du style aristocratique, de la respectabilité bourgeoise et de la vulgarité grossière » [4].

De plus, les lettres d'Eden ont été publiées par Violet Dickinson, une amie proche de Virginia Woolf. Elles contiennent des commentaires mémorables sur la vie publique anglaise, surtout son accueil pour le nouveau roi William IV comme "une immense amélioration par rapport au dernier animal impitoyable George IV - cet homme souhaite au moins rendre tout le monde heureux".

La nièce d'Emily Eden, Eleanor Lena Eden, a également commencé à écrire, principalement des livres pour enfants sous le pseudonyme de Lena. La structure de son roman de 1867 Dumbleton Common, où "Little Miss Patty" détaille les potins dans un hameau à l'extérieur de Londres, est inspirée par Cranford [5].

Lord Melbourne[modifier | modifier le code]

Emily Eden ne s'est jamais mariée et est suffisamment à l'aise financièrement pour ne pas avoir besoin d'écrire, mais l'a fait par passion. Après la mort de Caroline Lamb, des amis communs espéraient qu'elle pourrait épouser Lord Melbourne, qui est devenu un ami proche, même si elle prétend le trouver "déconcertant" et choqué par ses grossièretés. Le biographe de Melbourne, Lord David Cecil, fait remarquer que cela aurait pu être une excellente chose s'ils s'étaient mariés, mais "l'amour n'est pas l'enfant de la sagesse, et aucun d'eux n'a voulu." [6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionary of National Biography, (lire en ligne), p. 356
  2. William Dalrymple, Return of a King (ISBN 9780307948533), p. 390
  3. "Not new but fresh", Time Magazine, June 23, 1947.
  4. John Sutherland: Longman Companion to Victorian Fiction (1988), quoted in XIX Century Fiction, Part I, A–K (Jarndyce, Bloomsbury, 2019).
  5. XIX Century Fiction, Part I, A–K (Jarndyce, Bloomsbury, 2019).
  6. David Cecil, Lord Melbourne (Constable and Co., London, 1965).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marian Fowler, Au-dessous de l'éventail de paon: Premières dames du Raj, Viking, 1987. (ISBN 0-670-80748-6). La première des quatre sections est un compte rendu des années d'Eden en Inde.
  • John Pemble, éditeur, Miss Fane en Inde, Éditions Alan Sutton, 1985 (ISBN 0-86299-240-0). Les récits d'Emily Eden, de sa sœur et de Lord Auckland apparaissent dans les lettres de Mlle Fane écrites à sa tante paternelle en Angleterre.
  • Mary Ann Prior, Un portfolio indien: la vie et l'œuvre d'Emily Eden, Quartet Books, 2012 (ISBN 9780704372177). Cette étude approfondie de la vie d'Emily Eden met l'accent sur les peintures qu'elle a produites en Inde de 1836 à 1842.

Liens externes[modifier | modifier le code]