Électret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Electret)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’électromagnétisme
Cet article est une ébauche concernant l’électromagnétisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Un électret est un matériau diélectrique présentant un état de polarisation électrique quasi permanent. Dans un certain sens, c'est l'équivalent en électrostatique d'un aimant permanent. Le terme électret, mot-valise formé à partir de l'anglais "electricity" et "magnet", a été proposé par Oliver Heaviside, qui a étudié théoriquement les propriétés d'un tel matériau en 1885, tandis que le premier électret artificiel a été préparé par Mototaro Eguchi en 1919.

Propriétés[modifier | modifier le code]

En simplifiant les choses, on peut comparer un électret avec un condensateur possédant une charge électrique quasi permanente. Toutefois, à la différence d'un condensateur classique dont la polarisation induite est transitoire et reste dépendante du champ électrique appliqué, un électret peut conserver sa polarisation pendant une période de temps très importante, liée à sa permittivité diélectrique et à sa résistivité électrique.

Deux types d'électrets doivent être distingués :

  • le premier type regroupe tous les électrets dont la polarisation résulte de l'existence d'une charge électrique d'espace ;
  • le second type renvoie aux matériaux ferroélectriques qui acquièrent une polarisation rémanente liée à l'existence d'un hystérésis.

Préparation[modifier | modifier le code]

Dans la nature, un certain nombre de matériaux comme le quartz, la silice ou le sel de Seignette peuvent se comporter comme des électrets. Toutefois, les électrets sont généralement préparés en faisant fondre des matériaux diélectriques, puis en les laissant se refroidir en présence d'un fort champ électrique, ce qui aligne les dipôles dans le matériau (pour les électrets ferroélectriques) ou bien répartit les charges électriques (pour les électrets à charge d'espace). Lorsque le matériau se refroidit et se solidifie, les dipôles conservent l'alignement qui leur a été imposé, ou la répartition de charge d'espace.

Le premier électret de synthèse préparé par Eguchi consistait en un mélange de :

Le mélange est obtenu en chauffant les trois constituants à plus de 130 °C, puis en le refroidissant en présence d'un champ électrique de plusieurs milliers de volts par centimètre.

Les électrets à usage industriel sont le plus souvent réalisés à partir de polymères synthétiques comme le polypropylène, le polytéréphtalate d'éthylène ou encore les fluoropolymères comme le Téflon.

Applications[modifier | modifier le code]

Bien que connus depuis le début du XXe siècle, les électrets ne sont utilisés que depuis les années 1960, notamment en tant qu'élément transducteur de certains microphones, en tant que capteur de composition chimique d'un gaz, comme filtre à particules électrostatique, ou encore pour la détection de rayonnement ionisant.

Des tentatives ont été faites pour utiliser des électrets comme générateurs d'électricité. En préparant des électrets présentant une grande surface, il devient possible d'allumer une lampe fluorescente de quelques watts[réf. nécessaire]. Pour l'instant l'usage d'électret en tant que générateur reste du domaine du laboratoire et n'a pas fait l'objet d'applications industrielles[1].

Références[modifier | modifier le code]

  • Émile Durand, Électrostatique, Méthodes de calcul diélectriques, volume 3, Masson, Paris, 1966.