El Yiyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
El Yiyo
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
José Cubero SánchezVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
El YiyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Cape d'or ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Grab Tijo.jpg
Vue de la sépulture.

José Cubero Sánchez dit « El Yiyo » était un matador espagnol né à Bordeaux (Gironde) le , mort à Colmenar Viejo (Espagne, province de Madrid) le .

Présentation[modifier | modifier le code]

« El Yiyo » était fils d’émigrés espagnols installés en France, puis retournés dans leur pays natal. Il est né dans une famille de quatre enfants. Il a été l’un des premiers élèves de l’école taurine de Madrid, et exerçait son art dès l'âge de onze ans, ce qui explique pourquoi il est généralement considéré comme madrilène.

Le 30 août 1985, il participe à une corrida à Colmenar Viejo, en remplacement de Curro Romero. Le sixième taureau, Burlero (moqueur) de l’élevage de Marcos Núñez, lors de l’estocade, le perce de sa corne. Celle-ci atteint le cœur et entraîne la mort quasi instantanée. Il n’aura que le temps de dire à son peón de confiance, « El Palí » : « Palí, celui-ci m’a tué », avant de s’écrouler.

Un an après la mort de « Paquirri », la mort de Yiyo, âgé d’à peine vingt-et-un ans, résonna comme un coup de tonnerre dans toute l’Espagne et dans toute la France taurine.

Une statue de « Yiyo » a été érigée à sa mémoire, près de la Grande Porte des arènes de Las ventas à Madrid. Il est enterré au cimetière de La Almudena, à Madrid ; sa tombe est ornée d'une statue le représentant avec une colombe dans les mains.

Ses deux frères aînés, Juan et Miguel Cubero Sánchez, ont perpétué la tradition familiale : tous deux ont été toreros, non comme matadors, mais comme peones, notamment avec « Joselito » et José Tomas.

Carrière[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernat Manciet, Per el Yiyo, Bordeaux : L'Escampette, 1996. (OCLC 36487550)
  • Andrés Amorós, Diez toreros de Madrid, Madrid : Hathor Editorial, 1988. (OCLC 22617244)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]