Effet domino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article concerne les réactions en chaine. Pour la théorie politique, voir théorie des dominos, et pour l'épisode de Stargate SG-1 voir l'Effet domino (Stargate)
Dominos prêts à tomber.
Scène créée à la suite de la chute de dominos.

L’effet domino est une réaction en chaîne qui peut se produire lorsqu'un changement mineur provoque un changement comparable à proximité, qui provoquera un autre changement similaire, et ainsi de suite au cours d'une séquence linéaire.

Le terme est utilisé par analogie à la chute séquentielle d'une file de dominos, et se réfère à une suite d'événements liés entre eux. Cette expression peut être employée de littérale (une série de collisions observées) ou de façon métaphorique (des systèmes complexes. C'est le cas par exemple en finance internationale où peut se matérialiser en situation extrême un risque systémique).

Un peu d'histoire[modifier | modifier le code]

La communauté des informaticiens et ses parties prenantes craignait particulièrement cet effet à l'approche de l'an 2000[1]. Tout s'est finalement bien passé grâce à la mobilisation de tous dans le monde.

Démonstration de l'effet[modifier | modifier le code]

La démonstration classique consiste à aligner debout une file de dominos, en faisant vaciller le premier domino. Ce domino fait tomber le domino voisin et ainsi de suite. En théorie, quelle que soit la longueur de la chaîne, les dominos continueront de tomber car l'énergie requise pour faire vaciller chaque domino est inférieure à l'énergie transférée par chaque impact : la réaction est donc auto-suffisante. L'énergie est emmagasinée en mettant au préalable les dominos dans une position métastable, et cette énergie maintient le basculement des dominos de la chaîne.

Aujourd'hui (2018)[modifier | modifier le code]

Une étude de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), publiée le lundi révèle un nouveau risque d'effet domino à l'échelle de la Terre[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Leglu, « L'ingénieur Jean-François Colonna estime que le principal risque du « bug » » parce que le plus imprévisible est celui des réactions en chaîne, Libération, 13 avril 1999, Bug de l'an 2000. lire en ligne
  2. Sciences et avenir / AFP, 7 août 2018, « Un terrible « effet domino » menace de transformer notre planète en une étuve », lire en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]