Eclipse (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éclipse (homonymie).
Eclipse
Image illustrative de l'article Eclipse (cheval)

Père Marske
Mère Spileta
Père de mère Regulus
Sexe M
Naissance
Pays de naissance Angleterre
Pays d'entraînement Angleterre
Éleveur Prince Guillaume Auguste, Duc de Cumberland
Propriétaire William Wildman/Denis O'Kelly
Jockey John Oakley
Nombre de courses 18
Nombre de victoires 18

Eclipse (1er avril 1764 - 26 février 1789) était un cheval de course britannique, descendant de Godolphin Arabian et de Regulus, qui resta invaincu toute sa carrière.

Il naquit le 1er avril 1764 au cours d'une éclipse solaire, d'où son nom. Son lieu de naissance est inconnu, mais se trouve probablement dans les écuries du Prince Guillaume Auguste, Duc de Cumberland à Windsor. Il est issu de Marske (né en 1750) et de Spiletta (née en 1750). À la mort du Prince Guillaume en 1765, le cheval est vendu pour 75 guinées à un éleveur de moutons de Smithfield, William Wildman.

Carrière de courses[modifier | modifier le code]

Eclipse commence sa carrière de course à l'âge de 5 ans, le 3 mai 1769 à Epsom Downs. On suppose que c'est à l'occasion de cette course que le Capitaine Denis O'Kelly utilisa une phrase restée célèbre au Royaume-Uni avant de parier sur la course : « Eclipse premier, et les autres nulle part » (« Eclipse first and the rest nowhere »). À cette époque, un cheval qui arrivait à plus de 240 yards du premier était considéré comme étant « nulle part ». Eclipse remporta la course très loin devant les autres, ce qui permit au Capitaine O'Kelly de gagner la moitié du cheval (d'autres sources disent qu'il acheta la moitié du cheval pour 650 guinées). C'est John Oakley qui avait la lourde charge de monter Eclipse, et c'est probablement le seul qui pouvait canaliser le tempérament de ce cheval, qui avait par ailleurs la particularité de courir avec le nez très près du sol. Eclipse remporta ses 18 courses en écrasant la concurrence.

Reproduction[modifier | modifier le code]

En 1771, Eclipse prend sa retraite sportive faute de concurrents, plus personne n'osant l'affronter. Il rentre alors au haras pour devenir étalon. Il engendre 344 poulains (le nombre varie entre 325 et 400 selon les rapports) dont certains chevaux célèbres comme Young Eclipse, Saltram, Volunteer, Sergeant, Pot-8-os, King Fergus, Mercury, Joe Andrews, Dungannon, Alexander, Don Quixote, et Pegasus. Des chercheurs de l'université de Vienne ont montré que quasiment tous les pur-sang anglais du monde sont des descendants d'Eclipse[1].

Eclipse meurt de coliques le 26 février 1789 à l'âge de 24 ans. Son squelette se trouve désormais au Jockey Club Museum à Newmarket, bien qu'il soit difficile d'être certain que les os exposés soient bien les siens. Ses sabots sont conservés dans un encrier, mais là aussi, il semble il y avoir tromperie, puisqu'il existe au moins 5 encriers. Des crins de sa queue ont été utilisés comme éléments de décoration.

Origines[modifier | modifier le code]

Origines de Eclipse
Père
Marske
né en 1750
Squirt
ch. 1732
Bartlet's Childers Darley Arabian
Berry Leedes
Snake Mare Snake
Grey Wilkes
Blacklegs Mare Blacklegs Hutton's Bay Turk
Coneyskins Mare
Bay Bolton Mare Bay Bolton
Fox Cub Mare
Mère
Spilletta
née en 1749
Regulus
né en 1739
Godolphin Arabian (?)
(?)
Grey Robinson Bald Galloway
Snake Mare
Mother Western
1731
Easby Snake Snake
Akaster Turk Mare
Old Montagu Mare Old Montagu
Hautboy Mare (F-No.12)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « The father of ALL racehorses: Scientists discover majority of modern thoroughbreds are descended from the British stallion Eclipse », Mail Online,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]