Drivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drivy
logo de Drivy
Logo de Drivy

Création 2010
Fondateurs Paulin Dementhon
Nicolas Mondollot
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Marketplace de location de voiture
Effectif 100
Site web www.drivy.com

Drivy est une plateforme de location de voiture, lancée en 2010. Elle permet de louer des véhicules de particuliers ou de professionnels près de chez soi, ou de louer son propre véhicule pour le rentabiliser. Le service inclut une assurance qui couvre les locations.

En juin 2016, Drivy compte 1 million de membres en France, en Allemagne, en Espagne, en Autriche et en Belgique[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Paulin Dementhon[2] lance le site Voiturelib.com en décembre 2010, après un an de travail pour obtenir un partenariat avec un assureur, la MMA[3].

En janvier 2012, la société lance l’application mobile sur iPhone[4] puis sur Android quelques mois après[5].

En septembre 2012, la société lève deux millions d’euros auprès des fonds d’investissement Alven Capital et Index Ventures[6].

En janvier 2013, Voiturelib change de nom et devient Drivy[7].

En juin 2013, Drivy dépasse les 10 000 voitures à louer partout en France et rassemble 115 000 membres[8]. Drivy participe également à la BFM Académie et accède à la demi-finale face à Chauffeur Privé[9],[10].

En mai 2014, Drivy signe un nouveau tour de table de six millions d'euros auprès de ses investisseurs Index Ventures et Alven Capital[11]. Ce financement porte à 8 millions d’euros l’investissement total dans l’entreprise et doit permettre d’étendre le service à d’autres pays européens, d’accélérer l’innovation sur sa plateforme et de renforcer son équipe en France et en Europe[12].

En novembre 2014, Drivy déploie son service en Allemagne, avec une première étape à Berlin[13].

En avril 2015, Drivy fait l’acquisition de Buzzcar et fait une troisième levée de fonds de huit millions d’euros auprès de Mobivia Groupe, du Fonds Ecotechnologies de la BPI et de ses investisseurs historiques Alven Capital et Index Ventures. Ceci porte l’investissement total dans l’entreprise à seize millions d’euros[14].

En mai 2015, Drivy rachète son concurrent français Livop[15] et son homologue allemand Autonetzer[16].

En juillet 2015, Drivy déploie son service en Espagne[17].

En décembre 2015, Drivy lance une technologie permettant d'ouvrir les portes des véhicules avec son smartphone[18].

En février 2016, Drivy ouvre sa plateforme aux professionnels, à la fois propriétaires de véhicules et locataires[19].

En avril 2016, Bpifrance entre dans le capital de Drivy qui change de logo et d'identité visuelle[20] et signe un nouveau tour de table de 31 millions d'euros[1] auprès de Cathay Innovation, Nokia Growth Partners, Bpifrance, Via ID (Mobivia Groupe) et Index Ventures.

Au total, Drivy compte 47 millions d'euros d'investissements depuis sa création, en 2010[21].

En juin 2016, Drivy dépasse le million d'utilisateurs en Europe et lance son service en Autriche et en Belgique[1].

En septembre 2016, Drivy étend son service de location avec ouverture par smartphone Drivy Open dans 12 nouvelles villes européennes.[22]

En novembre 2016, Drivy étend son offre de location aux véhicules de luxe.[23]

Concept[modifier | modifier le code]

Drivy permet aux particuliers de louer leur voiture à d'autres particuliers pour une durée déterminée. « L'idée est d'optimiser le temps d'inutilisation d'un véhicule en fluidifiant la mise en relation des usagers[24]. » Drivy est l'un des acteurs de la consommation collaborative, mouvement dont l’objectif est de privilégier l’usage sur la propriété et de favoriser le partage des ressources.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les propriétaires de voitures créent leur annonce sur le site en précisant leurs disponibilités et en fixant leur prix. Les personnes intéressées les contactent directement par mail ou par téléphone puis réservent en payant en ligne. Ils se retrouvent ensuite sur le lieu de rendez-vous le jour de la location. Avant le départ, ils remplissent un contrat de location et font un état des lieux du véhicule qui servira de référence pour l’état des lieux de retour.

Toutes les locations sont automatiquement couvertes avec une franchise de plusieurs centaines d'euros par Allianz, qui a conçu avec Drivy un contrat d’assurance spécifique à la location de voiture entre particuliers[25].

Drivy reverse 70 % du montant des locations aux propriétaires. La part restante correspond aux frais d'assurance (environ 13 %) et aux frais de service (environ 17 %)[26][réf. insuffisante].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c lefigaro.fr, « Drivy dépasse le million d'utilisateurs », sur Le Figaro (consulté le 30 juin 2016)
  2. « Grâce à lui, votre voiture vous rapporte », sur Capital, (consulté le 23 janvier 2014)
  3. « Drivy mise sur la location de voiture entre particuliers », sur L’Express, (consulté le 8 octobre 2013)
  4. « Drivy débarque enfin sur iPhone », sur Presse Citron, (consulté le 3 février 2012)
  5. « Drivy lance son application Android », sur Presse Citron, (consulté le 3 mai 2012)
  6. « Voiturelib, location entre particuliers, lève 2 millions d’euros », sur Frenchweb, (consulté le 11 septembre 2012)
  7. « Voiturelib change de nom et devient Drivy », sur Blog Drivy, (consulté le 4 janvier 2013)
  8. « Drivy.com mise sur la consommation collaborative », sur Ecommercemag.fr, (consulté le 25 juin 2013)
  9. « BFM Académie - G2M vs Drivy », sur BFM TV, (consulté le 1er juin 2013)
  10. « Demi-Finale de la BFM Académie - Drivy vs Chauffeur Privé », sur BFM TV, (consulté le 15 juin 2013)
  11. (en) « Drivy Raises $8.3 Million For Its Community-Based Car Rental Service », sur Techcrunch.com, (consulté le 5 mai 2014)
  12. « Drivy, le service de location de voitures entre particuliers, lève 6 millions d’euros et part en Allemagne et en Espagne », sur Frenchweb, (consulté le 5 mai 2014)
  13. (en) « French peer-to-peer carsharing Drivy launches in Berlin », sur Venture Village,
  14. Nicolas Rauline, « Le service d'auto-partage Drivy rachète un concurrent et lève 8 millions d'euros », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  15. Le Monde.fr avec AFP, « Drivy, le loueur de voitures entre particuliers, rachète son concurrent Livop », sur lemonde.fr, (consulté le 5 mai 2015).
  16. Les Échos, « Autopartage : Drivy se renforce en Allemagne », sur lesechos.fr, (consulté le 28 mai 2015).
  17. « Autopartage : le Français Drivy s’implante en Espagne », sur Les Échos, (consulté le 26 août 2015)
  18. « Drivy lance la location de voitures entre particuliers en libre-service », sur lemonde.fr, (consulté le 13 janvier 2016)
  19. « Drivy ouvre davantage sa plateforme aux professionnels », sur Stratégies,
  20. « Drivy dévoile sa nouvelle identité visuelle », sur L'ADN,
  21. « Drivy : 31 millions d’euros pour conquérir l’Europe », sur CleanTech Republic, (consulté le 28 avril 2016)
  22. « Drivy étend l'offre de location de voiture ouvrable via Smartphone », sur L'Argus,
  23. « Drivy étend aux voitures de luxe la location entre particuliers », sur L'Argus.fr,
  24. Anne-Sophie Novel, La Vie Share mode d’emploi : Consommation, partage et modes de vie collaboratifs, Paris, Éditions Alternatives, coll. « Manifesto »,
  25. « Partage de véhicules : Allianz France devient l’assureur de Drivy », sur L’Argus de l’Assurance, (consulté le 6 mars 2014)
  26. « Drivy - Louer sa voiture », sur www.drivy.com (consulté le 17 juin 2016)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]