Drivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drivy
logo de Drivy
Logo de Drivy

Création 2010
Fondateurs Paulin Dementhon
Forme juridique Corporation de droit privé
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Paulin Dementhon (fondateur)
Nicolas Mondollot (cofondateur)
Activité Plateforme d'autopartage
Produits Voitures partagées
Effectif 120
Site web www.drivy.com

Drivy est une société française d’autopartage fondée en 2010 par Paulin Dementhon. Via son application et son site internet, la plateforme propose aux conducteurs urbains un accès simple et immédiat à une flotte de véhicules partagés en libre-service autour d’eux, mise à disposition par des propriétaires particuliers et professionnels. Acteur de l’économie collaborative, Drivy offre une alternative à la possession d’un véhicule personnel en privilégiant le partage et contribue ainsi à diminuer le nombre de véhicules en zones urbaines.

L’expérience proposée par la plateforme est entièrement mobile, de la réservation jusqu’à l’ouverture des portes depuis le smartphone du conducteur, avec la technologie Drivy Open. Commercialisé par la plateforme depuis fin 2015, Drivy Open permet d’accéder aux véhicules partagés depuis l’application. Le service comprend également une assurance tous risques qui couvre toutes les trajets.

Depuis 2010, l’entreprise a levé 47 millions d’euros au total, qui ont permis d'accélérer son développement, notamment à l’international. Le service est aujourd’hui disponible dans six pays européens. Drivy connecte plus de deux millions d’utilisateurs avec 50 000 voitures disponibles en Europe.

Concept[modifier | modifier le code]

Fondé en 2010 par Paulin Dementhon[1], Drivy est une plateforme d’autopartage française mettant en relation propriétaires de véhicules, particuliers comme professionnels, et conducteurs. Depuis l’application et le site internet drivy.com, le service permet aux propriétaires de partager leurs véhicules et aux conducteurs d’accéder à des véhicules en libre-service autour d’eux. Drivy est disponible dans 6 pays européens, en France, en Allemagne, en Espagne, en Autriche en Belgique et au Royaume-Uni.

Histoire[modifier | modifier le code]

Economie collaborative[modifier | modifier le code]

Nouvel acteur de l’économie collaborative, un modèle qui repose sur le partage de ressources entre particuliers et privilégie l’usage sur la propriété, Drivy naît en 2010 sous le nom de Voiturelib[2]. La plateforme permet alors de réserver des véhicules de particuliers près de chez soi, ou de louer son propre véhicule pour le rentabiliser[3]. Après près d’un an de travail, la première version du site internet Voiturelib est lancée en France. En 2012, la plateforme lance ses applications mobiles sur iPhone[4] et Android[5] avant de devenir Drivy au début de l’année suivante.

En 2016, l’offre de la plateforme s’ouvre aux propriétaires professionnels et entrepreneurs de l’autopartage[6].

Croissance par levée de fonds[modifier | modifier le code]

Les premiers fonds sont levés en 2010. Au total, 70 000€ sont investis cette année là dans le développement de l’entreprise par plusieurs business angels, dont les fondateurs de BlaBlaCar. Un an plus tard, en septembre 2011, une nouvelle levée de fonds a lieu et 20 nouveaux business angels investissent 250 000  supplémentaires.

En avril 2012, la société d’autopartage lève 2 millions d’euros[7] auprès des fonds d’investissement Alven Capital et Index Ventures en capital risque[8]. Drivy signe ensuite un nouveau tour de table de 6 millions d'euros auprès de ses mêmes investisseurs en 2014[9]. Ce financement porte à plus de 8 millions d’euros l’investissement total dans l’entreprise depuis sa création et permet de mettre l’accent sur l’innovation et d’ouvrir le service en l’Allemagne.

La prochaine levée de fonds se déroule un an plus tard, 8 millions d’euros sont alors récoltés auprès de Mobivia Groupe[10], du Fonds Ecotechnologies de la BPI et de ses investisseurs historiques, Alven Capital et Index Ventures.

Il s’écoule ensuite pas moins de 2 ans avant que Bpifrance entre dans le capital de Drivy qui lève alors 31 millions d'euros auprès de Cathay Innovation, Nokia Growth Partners, Bpifrance, Via ID (Mobivia Groupe) et Index Ventures[11]. Depuis sa création en 2010, la plateforme d’autopartage a levé au total 47 millions d’euros qui ont servi à accélérer sa croissance en France et à l’international.

Acquisitions[modifier | modifier le code]

En avril 2015, Drivy fait l’acquisition de Buzzcar[12], un service concurrent de location de voitures entre particuliers permettant aux propriétaires de proposer la location de leur véhicule en ligne, à l’instar de Drivy.  

Un mois plus tard, Drivy rachète un autre de ses concurrents français, Livop[13], et son homologue allemand, Autonetzer[14].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

En avril 2016, Drivy change d'identité visuelle[15]. La petite voiture rose est alors remplacée par un nouveau logo bleu et une icône avec un fond aux couleurs plus vives et chaudes.

Expansion internationale[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

En novembre 2014, fort d’avoir signé un nouveau tour de table de 8 millions d’euros auprès de ses investisseurs, Drivy déploie pour la première fois son service à l’international, en Allemagne[16], avec une première étape à Berlin.

Espagne[modifier | modifier le code]

Seulement 8 mois après le succès du lancement de Drivy en Allemagne, c’est au tour de l’Espagne d’accueillir la plateforme[17]. Drivy est présent en Espagne, avec 2000 voitures disponibles après seulement un an d’activité.

Autriche et la Belgique[modifier | modifier le code]

En 2016, deux mois après sa levée de 31 millions d’euros, Drivy franchit le cap du million d’utilisateurs[18] et poursuit son expansion en Autriche et en Belgique[19]. La start-up y connaît des débuts prometteurs avec l’inscription de 550 nouveaux véhicules sur la plateforme, en seulement deux semaines.

Londres[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, Drivy poursuit sa stratégie d’expansion outre-Manche et lance son service à Londres[20].

Assurance et assistance[modifier | modifier le code]

En janvier 2014, Drivy conçoit un nouveau contrat d’assurance spécifique à l’autopartage avec Allianz[21], qui devient son nouvel assureur partenaire.

Le service comprend une assurance tous risques pour protéger propriétaires et conducteurs en cas de dommages. Cette couverture d’assurance prend le relai de l’assurance personnelle du propriétaire pendant toute la durée du trajet pour ne jamais affecter le bonus d’assurance.

Drivy Open[modifier | modifier le code]

Drivy lance fin 2015 la technologie Drivy Open[22] à Paris, puis à Berlin et Barcelone. La technologie Drivy Open consiste en un boîtier installé dans la voiture des propriétaires qui le souhaitent. En septembre 2016, le service d’ouverture par smartphone Drivy Open est étendu à 12 nouvelles villes européennes[23]. Drivy Open est disponible dans les 6 pays dans lesquels Drivy opère.

Flotte[modifier | modifier le code]

Particuliers[modifier | modifier le code]

À ses débuts, le modèle Drivy reposait uniquement sur la location de voitures entre particuliers. Jusqu’en 2016, la flotte disponible sur la plateforme se composait donc exclusivement de propriétaires particuliers cherchant à rentabiliser leur véhicule. Drivy a depuis évolué vers un modèle d’autopartage avec une flotte plus hétérogène, combinant propriétaires professionnels et particuliers[24].

Professionnels et entrepreneurs[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, l’offre de la plateforme est ouverte aux propriétaires professionnels et aux entrepreneurs. Ces professionnels et entrepreneurs travaillent avec Drivy pour développer leur activité d’autopartage à part entière ou à temps partiel, en dédiant une flotte de véhicules à l’autopartage[25] via la plateforme Drivy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Grâce à lui, votre voiture vous rapporte », Capital.fr,‎ (lire en ligne)
  2. « Voiturelib.com : service de location de voiture...entre particuliers ! », sur CommentCaMarche (consulté le 25 mai 2018)
  3. « Drivy mise sur la location de voitures entre particuliers », LEntreprise.com,‎ (lire en ligne)
  4. « La location de voiture drivy débarque sur iPhone », Presse-Citron,‎ (lire en ligne)
  5. « La location de voiture entre particuliers drivy débarque sur Android », Presse-Citron,‎ (lire en ligne)
  6. « Drivy Permet À Des Propriétaires Entrepreneurs De Gérer Une Flotte De Véhicules | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne)
  7. La rédaction, « [Exclu] Voiturelib, location entre particuliers, lève 2 millions d'euros », FrenchWeb.fr,‎ (lire en ligne)
  8. (en-US) « Drivy Raises $8.3 Million For Its Community-Based Car Rental Service – TechCrunch », sur techcrunch.com (consulté le 25 mai 2018)
  9. La rédaction, « EXCLUSIF - Drivy, le service de location de voitures entre particuliers, lève 6 millions d'euros et part en Allemagne et en Espagne », FrenchWeb.fr,‎ (lire en ligne)
  10. « Drivy lève 8 millions d'euros pour faciliter la location de voitures entre particuliers », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  11. « Drivy : 31 millions d’euros pour conquérir l’Europe | Cleantech Republic », sur www.cleantechrepublic.com (consulté le 25 mai 2018)
  12. « Location de voitures entre particuliers: Drivy rachète Buzzcar », LExpansion.com,‎ (lire en ligne)
  13. « Drivy, le loueur de voitures entre particuliers, rachète son concurrent Livop », sur Le Monde.fr (consulté le 25 mai 2018)
  14. « Location entre particuliers: Drivy s'empare d'Autonetzer et devient leader en Allemagne », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  15. « Drivy dévoile sa nouvelle identité visuelle », L’ADN,‎ (lire en ligne)
  16. « Autopartage : Drivy se renforce en Allemagne - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 25 mai 2018)
  17. « Autopartage : le Français Drivy s’implante en Espagne - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 25 mai 2018)
  18. « Drivy dépasse le million d'utilisateurs », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  19. « Le carsharing entre particuliers de Drivy arrive en Belgique », L'Echo,‎ (lire en ligne)
  20. « Location de voiture entre particuliers : Drivy se lance à Londres », sur Le Monde.fr (consulté le 25 mai 2018)
  21. ESTELLE DURAND, « Partage de véhicules : Allianz France devient l’assureur de Drivy », L'Argus de l'assurance,‎ (lire en ligne)
  22. « Drivy lance la location de voitures entre particuliers en libre-service », sur Le Monde.fr (consulté le 25 mai 2018)
  23. « Drivy étend l'offre de location de voiture ouvrable via Smartphone – L'argus PRO », sur pro.largus.fr (consulté le 25 mai 2018)
  24. « Franchise Drivy 2018 à ouvrir  : location de voiture entre particuliers », sur www.observatoiredelafranchise.fr (consulté le 25 mai 2018)
  25. « Louer sa voiture sur Drivy, le bon plan », www.cnews.fr,‎ (lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]