Dréa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dréa
Noms
Nom arabe الدريعة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Souk Ahras
Daïra Taoura
Code ONS 4109
Démographie
Population 6 408 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 07′ 00″ nord, 7° 53′ 00″ est
Localisation
Localisation de Dréa
Localisation de la commune dans la wilaya de Souk Ahras

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Dréa

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Dréa

Dréa est une commune de la wilaya de Souk Ahras en Algérie, située à une trentaine de kilomètres au sud de Souk Ahras.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Dréa se situe au centre et au sud-est de la wilaya de Souk Ahras.

Communes limitrophes de Dréa
M'daourouch Tiffech, Zaarouria Taoura
Oued Keberit Dréa Taoura
Oued Keberit ? (Wilaya de Tébessa) Taoura

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Dréa est composée de dix-huit localités[2] :

  • El Fedj Labied
  • El Mehras
  • Edhliaate
  • Feidh Djerboula
  • Mechta Aïn Beida
  • Mechta Aïn Kerma
  • Mechta Aïn Nechma
  • Mechta Berbega
  • Mechta Chouchet Ben Taher
  • Mechta Djelaïel
  • Mechta El Bir
  • Mechta El Gantas
  • Mechta El Koudia El Hadra
  • Mechta El M'Timer
  • Mechta Kasria
  • Mechta Ras El Oued
  • Mechta Rous El Aides
  • Mechta Tadjalette M'daourouch

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ses premiers habitants sont probablement des pasteurs nomades venus de la région de Khenchela, dans les Aurès, région Chaoui qui se seraient sédentarisé à cet endroit du fait de la rivière qui y coule.

Pendant la guerre d'indépendance, l'armée française y installa une de ses principales bases militaires, avec héliport, chars de combat et artillerie lourde. La ligne Maurice (ligne de fil de fer barbelé électrifiée et entourée de mines de divers calibres) passait aux abords immédiats de ses quartiers, l'isolant des hameaux périphériques et des fermes coloniales construites en rase campagne. La ligne Maurice a fait plusieurs victimes parmi les bergers et les jeunes qui s'aventuraient dans ses abords minés.

Une des principales bases de l'armée de libération nationale se trouvait à proximité, à Ghardimaou en Tunisie, d'où, elle lançait des attaques contre la ligne Maurice pour faire passer hommes et matériels à l'intérieur du territoire algérien. Entourée de zones interdites, Dréa vit une partie de la population s'enfuir pour se réfugier en Tunisie. Le reste était sous contrôle de l'armée française. De son côté, les SAS (services administratifs spécialisés), appuyés par une centaine de goumiers placés sous le commandement du capitaine Lejeune, maintenait la population sous surveillance.

Économie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La colonisation française, qui y développa une agriculture céréalière, soutenue par des vergers et des fermes.

À l'indépendance, Dréa a reçu les flots de réfugiés de retour de la Tunisie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Souk Ahras, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Souk Ahras, page 1568 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]