Discussion:Jeanne Ludwig

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Texte intéressant[modifier le code]

Texte intéressant (ajouté le 17/08/2017) mais pas utilisé comme il faut :

Elle était née en 1867.

Elève de Louis-Arsène Delaunay, et 1er prix de comédie au Conservatoire de Paris, elle avait débuté, avec succès, à la Comédie-Française, en 1887, dans Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux (rôle Lisette), puis dans les Folies amoureuses (rôle d'Agathe).

En 1888, elle joue les Brebis de Panurge, de Meilhac, et la voici au premier rang. Dans Zanetto du Passant, dans l'Autographe, dans Pépa, dans Suzanne de Villiers du Monde où l'on s'ennuie, dans Rosalinde et en 1892, dans les Trois Sultanes.

Elle déploie le délicat trésor de ses charmantes qualités qui sont la grâce avenante et familière, la fantaisie naturelle, l'esprit moqueur, pétillant et capricieux !

En 1893[1], elle devient la 327e sociétaire de la Comédie-Française.

Au fil de ses rencontres, elle tiendra un carnet d'autographes où l'on peut y découvrir des mots et illustrations de bons nombres d'artistes Français, Russes et Américains, et notamment un mot découpé de Victor Hugo.

En 1895, Jeanne reçut la médaille du mérite littéraire et artistique de première classe par le roi de Bucarest.

Par un très malheureux concours de circonstances, Jeanne fût atteinte d'une "maladie de poitrine" à l'âge de 27 ans et dût quitter la scène pour tenter de guérir.

Un soir, après une représentation à la Comédie-Française, toute brûlante encore de l'ardeur de son jeu, elle fût tentée par la fraîcheur d'une belle nuit, elle avait voulu aller calmer sa fièvre au bois de Boulogne...

Un an avant sa mort, en 1897, le sculpteur Jean-Antoine Injalbert a gravé son masque sur le monument dédié à Molière de Pézenas.

Elle fût inhumée à Paris le 27 juin 1898, au cimetière du Père-Lachaise (44e division) aux côtés de son frère Georges Ludwig et de ses parents.

Extrait de la Nécrologie[2], Le Figaro, 29 juin 1898, de Jeanne Ludwig :

" On enterrera la dernière Musette de la Vie de bohème demain jeudi au cimetière du père Lachaise. Il y aura beaucoup de monde à ses obsèques, et on n'y sera pas gai comme à tant de notoires enterrements parisiens, on y verra même, j'en suis sûr, beaucoup de larmes couler. Car c'est le triste privilège de ces créatures délicieuses qui ont tant aimé la vie, et qui nous l'ont fait aimer pour la joie et la grâce dont elles l'ornèrent, de décupler l'horreur de la mort qui les enlève.

Jeanne Ludwig apparaissait sur ces planches de la Comédie-Française, parmi l'artifice et la convention du cadre, comme une fleur de vie, désirable et charmante. Le naturel et l'enjouement de son ton et de ses manières, elle les portait de la ville à la scène. Et son amour de la vie n'eut d'égal que son amour du théâtre. Jusqu'à son agonie, elle n'a eu que le souci de ce qui s'y passait, et, quand on allait la voir, elle ne parlait jamais d'autre chose.

Depuis bientôt trois ans elle avait quitté la scène. Je l'avais vue la veille de son premier départ pour Beaulieu, où ses médecins l'envoyaient. Ses amis du théâtre et sa soeur, qui la soignait avec dévouement pieux et tendre, l'entouraient. Ce n'était pas encore Musette et c'était déjà Mimi : elle était pâle, ses grands yeux enfoncés sous une large cernure bleue étaient pleins de mélancolie : par moments elle se croyait perdue, à d'autres instants, sous la suggestion affectueuse de ses camarades qui exagéraient gentiment leur optimisme, elle se voyait déjà de retour, rejouant sur la scène des ses débuts, guérie, heureuse ! Et alors elle avait hâte de partir bien vite, bien vite, vers le soleil et les plages bleues, sûre de vaincre le mal terrible qui devait pas pardonner.

Cette maladie de poitrine, nous avons dit autrefois comment elle en fût atteinte. C'était un soir, après une représentation à la Comédie-Française. Toute brûlante encore de l'ardeur de son jeu, elle avait à peine pris le temps de se démaquiller, et, tentée par la fraîcheur d'une belle nuit, elle avait voulu aller calmer sa fièvre au bois de Boulogne, en victoria !

Depuis, elle passait l'hiver à Beaulieu, l'été à Saint-Germain. Cet été, les médecins l'avaient trouvée trop faible pour quitter Paris. Mais elle n'avait pas connaissance de la gravité de son état. Ses camarades ont beaucoup contribué à la maintenir dans cet d'état d'illusion et de confiance. Elle recevait constamment leurs visites, et c'était une habitude prise parmi eux, quand le hasard d'une tournée ou d'un congé les conduisait l'hiver dans le Midi, d'aller jusqu'à Beaulieu voir la malade.

On l'avait également maintenue dans l'exercice des tous ses droits de sociétaire, bien qu'on sût qu'elle ne rentrerait jamais au théâtre.

Elle était née en 1867. Elève de Delaunay, et premier prix de comédie au Conservatoire de Paris, elle avait débuté, avec succès, à la Comédie-Française, en 1887, dans la Lisette du Le Jeu de l'amour et du hasard, puis dans le rôle d'Agathe des Folies amoureuses. En 1888, elle joue les Brebis de Panurge, de Meilhac, et la voici au premier rang. Dans Zanetto du Passant, dans l'Autographe, dans Pépa, dans Suzanne de Villiers du Monde où l'on s'ennuie, dans Rosalinde et en 1892, dans les Trois Sultanes, elle déploie le délicat trésor de ses charmantes qualités qui sont la grâce avenante et familière, la fantaisie naturelle, l'esprit moqueur, pétillant et capricieux !

Enfin, lasse de trois années de repos, reprise de l'insurmontable désir de jouer, elle obtient cet hiver de réapparaître dans le Musette de la Vie de bohème, qui sera son dernier rôle ! On l'y a vue, un peu changée, un peu vieillie par ces trois dernières années de terribles luttes contre le mal, mais toujours avec l'irrésistible attrait de son naturel exquis et de sa verve piquante. Je me rappelle quelle pitié me prit, à la première représentation , au moment de la mort de Mimi... Ce n'était pas Marie Leconte que je regardais à ce moment-là, c'était Jeanne Ludwig. Je la savais condamnée à mourir bientôt, et je souffrais réellement, comme le témoin d'un supplice injuste et cruel, à voir la vraie maladie assister et prendre part aux péripéties de ce simulacre de mort, la répétition générale de la sienne ! "

Jules Huret

  1. Base documentaire La Grange sur le site de la Comédie-Française
  2. Figaro : journal non politique, Figaro, (lire en ligne)