Discussion:Fontaines des Landes

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Conditions sanitaires précaires[modifier le code]

Le passage "révélateurs des conditions sanitaires précaires des Landes d'autrefois" vient d'être taggé "non neutre". En quoi est-ce le cas ? La plupart des fontaines de dévotions avaient la réputation de soigner les maladies de peau, ce qui reflète en effet non seulement le manque d'hygiène propre à l'époque et présent également ailleurs, mais aussi les conditions de vie déplorables dans des régions marécageuses. Il s'agit bien d'un témoin de ces conditions, et c'est la citation exacte de l'ouvrage qui a servi de référence. Ce passage est tout à fait neure et objectif, il ne cherche en aucun cas à orienter un point de vue. --J i b i--44 21 août 2012 à 11:39 (CEST)

La phrase est la suivante : « Leurs eaux aux qualités ferrugineuses et sulfureuses faisaient partie des moyens thérapeutiques qui ont pendant des siècles accompagné hommes et femmes de leur naissance à leur mort, révélateurs des conditions sanitaires précaires des Landes d'autrefois. » Or, en thalassothétapie, ce type de sources continue à être utilisé pour soigner des maladies de peau. On ne peut pas dire que cela révèle des conditions sanitaires précaires ? SpeedyG (d) 24 août 2012 à 21:06 (CEST)
Je crois qu'on mélange deux choses : on attribuait des vertus aux eaux vives sur la base de croyances. Dans de nombreux cas, ces vertus se sont avérées par la suite de manière scientifique, et effectivement, la thalasso a pris le relais. Mais la phrase veut dire autre chose : on venait principalement soigner toute une gamme de maladies de peau, ces maladies étant répandues en raison des conditions précaires. C'est en cela que les sources qui nous restent servent de révélateur (ou d'indicateur). Pour tourner la chose à l'envers, en l'absence de conditions précaires, les maladies de peau auraient été moins nombreuses, et l'usage des sources dédiées au traitement de ces maladies moins répandu. Ceci confirme les rapports médicaux du XIXe siècle que l'on peut encore lire sur l'hygiène de cette partie des Landes, où dans certains coins, les habitants s'enduisaient la peau de poix pour lutter contre les maladies, les insectes etc. Ces pratiquent choquaient bien évidemment les visiteurs venus d'autres régions. --J i b i--44 25 août 2012 à 09:39 (CEST)
D'accord. Cela ressemblait à une interprétation personnelle à double sens de lecture. Est-ce que le plus simple ne serait pas d'indiquer la source d'où est extrait cette phrase. Actuellement, l'affirmation n'est pas sourcée. SpeedyG (d) 1 septembre 2012 à 17:37 (CEST)
Voila qui est fait. J'ai sous le coude de la doc pour compléter l'article, ça fait un moment que j'y pense, je m'y mettrai bientôt. Cordialement, --J i b i--44 2 septembre 2012 à 17:18 (CEST)