Dle Yaman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Deleyaman)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique traditionnelle image illustrant la musique classique image illustrant l’Arménie
Cet article est une ébauche concernant la musique traditionnelle, la musique classique et l’Arménie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dle Yaman ou Délé Yaman (en arménien Դլե Յաման) est une mélodie arménienne. Son titre est mystérieux, en effet aucune traduction ne nous est parvenue. Elle a été recueillie par le révérend père Komitas.

Le révérend père Komitas.

D'origine populaire, cette mélodie, grâce au musicien Komitas, a été réécrite selon un arrangement, afin d'être jouée et chantée au piano, maintenant dans le monde entier. Elle est parfois jouée seulement au doudouk. En Arménie, elle a été récemment réorchestrée par Djivan Gasparyan et Levon Minassian.

Contenu[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une histoire d'amour tragique entre deux êtres.

Lusine Zakaryan, interprète de cette mélodie.

Traduction[modifier | modifier le code]

« Dle Yaman, notre maison, votre maison, face à face,
Dle Yaman, cela suffit avec tes clins d'œil,
Yaman Yaman Bien-aimé(e)

Dle Yaman, cela suffit avec tes clins d'œil,
Yaman Yaman Bien-aimé(e)
Dle Yaman, le soleil se leva sur le Massis[1]

Dle Yaman, nostalgique je suis de mon ami(e),
Yaman Yaman Bien-aimé(e)

Dle Yaman, nostalgique je suis de mon ami(e),
Yaman Yaman Bien-aimé(e). »

— Serge Venturini, Éclats d'une poétique de l'inaccompli, éditions L'Harmattan, 2012, no 107, p. 156-157[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit ici de l'Ararat, la montagne, symbole du peuple arménien.
  2. La traduction est d'Élisabeth Mouradian.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]