Levon Minassian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Levon Minassian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activité
Autres informations
Site web

Lévon Minassian est un musicien français d'origine arménienne né à Marseille dans le quartier Saint-Jérôme, son instrument est un duduk. A titre d'information, le musicien qui joue de cet instrument est appelé un doudoukiste ou doudouguiste (voir les références pour de plus amples informations).

Biographie[modifier | modifier le code]

Levon Minassian, né à Marseille, découvre l’instrument en 1974[1].

Il est connu pour sa participation à des bandes originales de films et de jeux vidéo[2]. On le découvre sur l'album Us de Peter Gabriel en 1992, il joue sur trois chansons, Come talk to me, Blood Of Eden et Fourteen Black Paintings. On le retrouve aussi sur l'album live de ce dernier, Secret World Live en 1994. Par la suite, en 1995, il est sur le premier album solo du bassiste Tony Levin, World Diary en 1995 auprès de Bill Bruford, Manu Katché, Jerry Marotta et L. Shankar. Ensuite, il est du projet Big Blue Ball toujours avec Peter Gabriel et aussi Manu Katché, Sinéad O'Connor, Natacha Atlas, etc.

Discographie[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

  • 1998 : The Doudouk beyond borders - Levon Minassian and Friends
  • 2006 : Songs from a world apart - Levon Minassian & Armand Amar
  • 2016 : Sources - Levon Minassian

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Us de Peter Gabriel
  • 1994 : Secret World Live de Peter Gabriel
  • 1995 : World Diary de Tony Levin - Joue sur Mingled Roots et La Tristesse Amoureuse De La Nuit.
  • 2008 : Big Blue Ball - Artistes Variés - Avec Peter Gabriel, Natacha Atlas, Sinéad O'Connor, Billy Cobham, Manu Katché, etc. - Joue sur Forest.

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François-Xavier Gomez, « Lévon Minassian et son «duduk» dans le vent », sur liberation.fr, (consulté le 31 octobre 2019).
  2. François-Xavier Gomez , « Levon Minassian et son duduk dans le vent », Libération, 21 février 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]