Défense spirituelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wehrbereitschaft ; sculpture en marbre de Hans Brandenberger 1943-1947, université de Zurich.

La défense spirituelle était un mouvement politique et culturel suisse[1]. Elle concermait l'affirmation de valeurs nationales et la défense contre les totalitarismes des pays voisins de la Suisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Propagande d'Etat : mode d'emploi suisse - Helvetia Historica », Helvetia Historica,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marco Jorio, « Défense spirituelle » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  • Igor Perrig. Geistige Landesverteidigung im Kalten Krieg. Université de Fribourg, 1993
  • Theo Mäusli. Jazz und Geistige Landesverteidigung. Chronos, 1995. (ISBN 9783905311334)
  • Josef Mooser. «Die “Geistige Landesverteidigung” in den 1930er Jahren.» In: Revue suisse d’histoire, 47, 1997, p. 685-708.
  • Mattia Piattini. La Radio della Svizzera italiana al tempo della “difesa spirituale” (1937-1945). Coscienza svizzera, 2000.
  • Rolf Löffler. «“Zivilverteidigung” - die Entstehungsgeschichte des “roten Büchleins”.» In: Revue suisse d’histoire, 54, 2004, p. 173-187.
  • Gianni Haver, Pierre-Emmanuel Jaques, Le cinéma à la Landi : le documentaire au service de la Défense nationale spirituelle. In: Haver G. (eds.) Le Cinéma au pas : les productions des pays autoritaires et leur impact en Suisse. Antipodes, Lausanne, 2004.