Déclaration de Yaoundé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La « Déclaration de Yaoundé sur la conservation et la gestion durable des forêts tropicales d'Afrique centrale» est une déclaration signée le par six Chefs d'États d'Afrique Centrale (le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine, le Tchad et la République du Congo), réunis à Yaoundé au Cameroun par le Président de la République du Cameroun, Paul Biya. En 2005, 4 nouveaux pays en deviennent signataires[1] (le Burundi, la République démocratique du Congo, Sao Tome et Principé et le Rwanda).

Elle traduit la volonté politique des États de la sous-région de recourir à un système de gestion commune et ainsi de rendre plus effective la protection de la forêt exceptionnellement riche de la région biogéographique[2] du bassin du Congo.

Dans cette déclaration commune, soucieux de la nécessité de conserver et de gérer durablement leurs écosystèmes forestiers qui sont à la fois une richesse naturelle importante pour les générations présentes et à venir, et une richesse écologique universelle ces chefs d'État s'engagent à œuvrer de manière concertée pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

Cette déclaration fait depuis l'objet d'une déclinaison dans les pays de la COMIFAC, via un document dit « Plan de convergence de la COMIFAC », en intégrant des dynamiques de gestion transfrontalière[3].

Contenu[modifier | modifier le code]

Cette déclaration affirme de la part de ces chefs d'État leur attachement au principe de conservation de la biodiversité et de la gestion durable des écosystèmes forestiers régionaux ; le droit de leurs peuples à compter sur les ressources forestières pour soutenir leurs efforts de développement économique et social, leur volonté de concilier les impératifs de développement économique et social avec la conservation de la diversité biologique dans le cadre d'une coopération sous - régionale et internationale bien comprise, leur intérêt à la mise en place par la communauté internationale, aujourd'hui très consciente du rôle écologique des forêts à créer un mécanisme international destiné au financement d'un fonds fiduciaire pour soutenir de manière durable les pays de la sous-région dans leurs efforts d'aménagement, de conservation et de recherche sur les écosystèmes forestiers ainsi que solidarité avec les pays sahéliens de l'Afrique Centrale dans leur lutte contre l'avancée du désert

12 résolutions[modifier | modifier le code]

La convention comprend 12 résolutions visant à :

  1. Harmoniser les politiques et les fiscalités sur la forêt ;
  2. Aménager durablement les forêts et les savanes de la sous-région ;
  3. Conserver les écosystèmes et la diversité biologique ;
  4. Créer et gérer les Aires protégées (nationales & transfrontalières) ;
  5. Associer les acteurs populations locales à la gestion forestière ;
  6. Impliquer le secteur privé dans l'aménagement forestier ;
  7. Intégrer les forêts avec d'autres programmes sectoriels ;
  8. Contrôler l'exploitation et l’utilisation des ressources forestières au profit d'un développement plus endogène ;
  9. Promouvoir une industrialisation des filières forestières ;
  10. Financer les entreprises, créer des emplois ;
  11. Financer sur le long terme les actions de conservation ;
  12. encourager des forums de concertation sur les stratégies de développement et de gestion forestière (aux échelles nationales et sous-régionales).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Betti, J. L. (2007). Stratégie/Plan d’action pour une meilleure collecte des données statistiques sur les Produits Forestiers Non Ligneux au Cameroun et recommandations pour les pays de la COMIFAC. A. el P. d. C. Ministère Fédéral d’Allemagne pour l’Alimentation. Yaounde, Ministère Fédéral d’Allemagne pour l’Alimentation, l’Agriculture et la Protection des Consommateurs, COMIFAC, FAO, 170.
  • Commission des forêts d'Afrique centrale (2005) 2e Sommet des chefs d'États d'Afrique centrale sur la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers : Bilan de la déclaration de Yaoundé +5.
  • Commission des forêts d'Afrique centrale (2012), http://pfbc-cbfp.org/docs/vacancies/Jan-juin-2013/Rapport_finale_bilan-initaitives-pays-COMIFAC.pdf Bilan des initiatives de gestion durable des forêts des pays de l'espace COMIFAC en lien avec la mise en œuvre de l'Agenda 21 ; Rapport de situation sous-régionale] ; rapport final présenté par : Bitondo Dieudoné, Ir, PhD. Expert en évaluation environnementale et sociale ; , PDF, 122 pages
  • Exécutif C.S (2004). Plan de convergence pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale. COMIFAC, Yaoundé, Cameroon.
  • COMIFAC. 2008. Directives Sous-Régionales Relatives A La Gestion Durable Des Produits Forestiers Non Ligneux D‟ origine Vegetale En Afrique Centrale. GCP/RAF/398/GER Renforcement de la sécurité alimentaire en Afrique Centrale à travers la gestion et l‟ utilisation durable des Produits Forestiers Non Ligneux. Yaounde 24 p.
  • Ingrap V (2010). La problématique des PFNL en Afrique Centrale Perspectives d’appui au plan de convergence de la COMIFAC. Atelier Sous-Régional L’harmonisation des Revues Nationales sur les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) en Afrique Centrale. CIFOR. Douala, Cameroon: Projet ACP FORENET, 15.
  • Ngoufo R (2010). Les aires protégées transfrontalières comme instruments de coopération sous-régionale en Afrique centrale. Maîtrise de l'espace et développement en Afrique. État des lieux, 251.
  • Noiraud, J. M. (2012). Rapport sur le Bilan, l’Analyse et les Perspectives des Initiatives REDD+ dans les Pays de l’Espace COMIFAC. Dimension Stratégique, Institutionnelle et opérationnelle, COMIFAC: Yaoundé, Cameroun.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Déclaration de Yaoundé | comifac », sur www.comifac.org (consulté le 27 octobre 2017)
  2. Emmanuel, D. E. (2007). La Commission des forêts d'Afrique centrale. Revue juridique de l'environnement, 32(2), 203-213.
  3. Mvondo S.A (2006) Dynamiques de gestion transfrontalière des forêts du bassin du Congo: une analyse du Traité relatif à la conservation et la gestion des écosystèmes forestiers d'Afrique centrale. Law Env't & Dev. J., 2, 106.