Courantologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La courantologie est une science qui étudie les mouvements internes des masses d'eau.

Description[modifier | modifier le code]

En s'appuyant sur la mécanique des fluides, elle tente de donner une vision correcte des courants marins. L'origine des courants est due à des différences physiques entre des masses d'eaux différentes, le principal paramètre étant la différence de densité qui varie en fonction de la température et de la concentration en sels.

L'étude de ces courants, combinée à d'autres facteurs comme les marées (produisant une variation de niveau de l'océan) et les vents (à l'origine de la houle) permet de comprendre l'hydrodynamisme marin et les différents processus qui y sont liés comme les mouvements sédimentaires et l'équilibre climatique.

La mesure des courants marins[modifier | modifier le code]

La mesure des courants marins peut s'effectuer selon différentes techniques :

Courantographie[modifier | modifier le code]

La « courantographie » est la représentation graphique, cartographique de ces mouvements de masses d'eau, qui ont une grande importance pour la modélisation, la météorologie (effets du Gulf stream en particulier) la connaissance des mouvements de marées, des effets de turbulence et le cisaillement dont sur les déplacements, forme et taille de bancs de sables (ou de vase) et/ou sur la dynamique de recul du trait de côte ou parfois d'accrétion.. facteurs qui ont aussi des conséquences halieutiques et de sécurité maritime. La courantographie est aussi importante pour qualifier les gisements de certaines énergies marines. Elle permet aussi de modéliser en trois dimension les panaches de pollution subaquatique (par exemple à partir d'un rejet de station d'épuration ou d'un émissaire industriel [1].

La courantographie utilise de plus en plus l'imagerie radar haute-fréquence[2]Sentchev & al. (2013). Surface circulation in the Iroise Sea (W. Brittany) from high resolution HF radar mapping ; Journal of Marine Systems, Vol. 109, S153-S168[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blondeau, F. (1980). Solutions au problème de la contamination littorale le binôme station émissaire-faut-il épurer ou disperser ?. In Mediterranean Coastal Pollution (p. 597-613)
  2. Sentcherv A & Thiebaut M (2014) Utilisation de la courantographie radar pour la quantification des ressources hydrocinétiques et l'analyse d'asymétrie des courants sur un site d'énergies renouvelables en mer d'Iroise. XIIIèmes Journées Nationales Génie Côtier – Génie Civil ; 2-4 juillet 2014 à Dunkerque
  3. https://dx.doi.org/10.1016/j.jmarsys.2011.11.024

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]