Concerto pour piano nº 22 de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concerto pour piano no 22
en mi bémol majeur
Köchel 482
Image illustrative de l'article Concerto pour piano nº 22 de Mozart
Première page de la partition autographe.

Genre Concerto pour piano
Nb. de mouvements 3
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Effectif Piano et orchestre
Durée approximative env. 35 minutes
Dates de composition à Vienne
Partition autographe Bibliothèque d'état de Berlin

Le Concerto pour piano no 22 en mi bémol majeur, K. 482 est un concerto pour piano, ou piano-forte, du compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart. Il fut composé le à Vienne. Il suit de quelques mois le Concerto pour piano no 21 en ut majeur, K. 467.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce concerto pour piano fut composé à une époque gaie de la vie du compositeur, même si Mozart avait déjà quelques problèmes d'argent. Il est contemporain de son opéra Le Nozze di Figaro.

Analyse[modifier | modifier le code]

Il se compose de trois mouvements :

  1. Allegro, en mi bémol majeur, à 4/4, 383 mesures
  2. Andante, en do mineur, à 3
    8
    , en do majeur à la mesure 125, en do mineur à la mesure 144, 213 mesures
  3. Allegro vivace assai, en mi bémol majeur, à 6
    8
    Andantino cantabile, à 3
    4
    à la mesure 218 ➜ Primo tempo à la mesure 265, 435 mesures

Avec une durée de presque 35 minutes, c'est le concerto le plus long que Mozart ait jamais écrit.

Comme dans le neuvième concerto, le troisième mouvement comprend un passage central assez lent, en la bémol majeur, constitué de deux mélodies différentes, toutes deux jouées d'abord par les clarinettes et ensuite par les violons. On retrouvera ce même procédé dans le deuxième mouvement du Concerto pour clarinette.

Reprises[modifier | modifier le code]

  • Le troisième mouvement est très connu pour son thème principal que lance le piano dès les premières mesures suivi de tout l'orchestre. Il est en partie joué dans le film Amadeus de Miloš Forman quand Mozart joue devant l'empereur Joseph II[1]. Le thème principal étant lui-même facile à retenir et à chanter fait de ce troisième mouvement le morceau qui permet de reconnaître l'œuvre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort, Guide de la musique de piano et de clavecin, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 484e éd. (1re éd. 1987), 869 p. (ISBN 2-213-01639-9), p. 545
  • Bertrand Dermoncourt (direction), Tout Mozart : Encyclopédie de A à Z, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1093 p. (ISBN 2-221-10669-5), p. 160
  • (en) Neal Zaslaw et William Cowdery, The compleat Mozart : A guide to the musical works of Wolfgang Amadeus Mozart, New York, W. W. Norton & Company, , 350 p. (ISBN 0-393-02886-0), p. 132