Coffy, la panthère noire de Harlem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coffy, la panthère noire de Harlem
Titre original Coffy
Réalisation Jack Hill
Scénario Jack Hill
Sociétés de production American International Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action, policier
Durée 91 minutes
Sortie 1973

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Coffy, la panthère noire de Harlem (Coffy) est un film de Jack Hill sorti en 1973, représentatif de la Blaxploitation, et aujourd'hui surtout célèbre pour sa bande son dont la musique originale est signée par le vibraphoniste Roy Ayers.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Coffy est infirmière. Alors que sa sœur est droguée, elle décide de prendre les armes et de se lancer dans un combat contre les dealers. Parallèlement elle est la maîtresse d'Howard Brunswick, un homme politique candidat au Congrès et ami avec Carter un policier intègre. Un jour que Coffy et Carter dînent chez ce dernier, il reçoit une proposition par téléphone qu'il refuse (on comprend que cette proposition est lié à la drogue). Quelques instants plus tard deux individus masqués pénètrent dans l’appartement et laissent Carter comme mort. La soif de vengeance de Coffy n'aura à ce moment plus de cesse, elle va remonter la piste des dealers jusqu'à King Georges, le principal fournisseur, puis à Arturo Vitroni, le patron de la mafia locale. Alors qu'elle tente de tuer ce dernier elle est maîtrisée par ses gardes du corps, elle accuse alors King Georges de l'avoir envoyé commettre le crime. Vitroni se débarrassera de King Georges de façon sadique, puis convoquera Howard Brunswick à une réunion où assistent de haut fonctionnaires de police. L'un de ceux-ci a en effet reconnu en Coffy la petite amie de Brunswick et veut en avoir le cœur net. Brunswick se révèle alors aussi corrompu que les autres et indique à Vitroni qu'il peut tuer Coffy. Celle-ci est emmené en voiture dans un lieu isolé, grâce à son charme, sa ruse et sa ténacité, elle parvient (difficilement) à s'en sortir, revient dans la maison où a lieu la réunion et tue tout le monde, sauf Brunswick qui est parti. Elle sait où le rejoindre, elle le menace et il essaie de s'en sortir par un flot de paroles qui finissent par troubler Coffy, mais quand celle-ci s'aperçoit que le politicien est en compagnie d'une autre femme, elle tire sur lui, puis s'en va sans son arme, sa vengeance etant accomplie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

La musique originale de ce film a été composé par Roy Ayers. Dee Dee Bridgewater, alors au début de carrière est dépèchée en sidewoman ainsi que son mari trompettiste buggliste Cecil Bridgewate pour assurer les vocaux des titres 1 et 7.

Index des titres[modifier | modifier le code]

  1. Coffy Is The Color - 3:03
  2. Priscilla's Theme - 3:58
  3. King George - 3:00
  4. Aragon - 2:55
  5. Coffy Sauna - 2:16
  6. King's Last Ride - 1:10
  7. Coffy Baby - 2:26
  8. Brawling Broads - 2:46
  9. Escape - 2:18
  10. Shining Symbol - 3:53
  11. Exotic Dance - 3:18
  12. Making Love - 2:49
  13. Vittroni's Theme - King Is Dead - 2:03
  14. End Of Sugarman - 1:05

Interprètes de la bande originale[modifier | modifier le code]

Références discographiques[modifier | modifier le code]

  • 1973 : CoffyLP 33™ Polydor records / Polydor PD 5048

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Vingt-cinq ans plus tard, pour la musique de son propre film Jackie Brown mettant en vedette la même actrice, Pam Grier, Quentin Tarantino puisait quatre extraits de la B.O. de Coffy.
  • Sid Haig, qui joue dans ce film, fera également une apparition dans Jackie Brown : il joue le Juge qui condamne Jackie. Coffy est l'un de ses premiers films[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]