Claudius James Rich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claudius et Rich.
Claudius James Rich

Claudius James Rich (né le près de Dijon, France - mort le , à Chiraz, Iran) était un voyageur, un archéologue et un anthropologue britannique du début du XIXe siècle, dont l'étude qu'il fit en 1811 du site de Babylone est considérée comme le point de départ des études mésopotaniennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claudius James Rich passa sa jeunesse à Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Il manifesta très tôt un don particulier pour l'étude des langues et devint très vite familier non seulement avec le latin et le grec mais également l'hébreu, le syriaque, le persan, le turc, et quelques autres dialectes orientaux.

En 1804, Rich — âgé d'à peine dix-sept ans — se rendit à Constantinople et à Smyrne, dans l'empire ottoman, où il séjourna quelque temps pour se perfectionner en turc.

Parvenu à Alexandrie, il y resta un certain temps comme assistant du consul-général britannique dans cette ville, et se consacra par lui-même à l'étude de la langue arabe et de ses différents dialectes. Il s'intéressa également à la civilisation orientale et devint un expert des manières et usages orientaux. En quittant l'Égypte, il voyagea par terre vers le golfe Persique, déguisé en mamelouk, visita Damas où il parvint à pénétrer dans la grande Mosquée des Omeyyades sans être détecté.

A Bombay, qu'il atteignit en septembre 1807, il fut l'hôte de Sir James Mackintosh, dont il épousa la fille aînée Mary le 22 janvier 1808, avant d'être envoyé, aussitôt après, comme agent de la « British East India company » (la Compagnie anglaise des Indes orientales) à Bagdad.

Là-bas, il entreprit des recherches sur la géographie, l'histoire et les antiquités de la région. Il explora les ruines de Babylone et projeta de réaliser un compte rendu géographique et statistique du sultanat de Bagdad. Les résultats de son travail à Babylone furent publiés pour la première fois dans le périodique viennois « Mines de l'Orient », puis en 1815 en Angleterre sous le titre « Narration d'un voyage sur le site de Babylone en 1811 ».

En 1813-14, Rich passa quelque temps en Europe, et, à son retour à Bagdad, décida de se consacrer à l'étude de la géographie de l'Asie mineure. Il collecta beaucoup d'informations au sujet des Yezidis — un groupe religieux qui remonterait au XIIe siècle selon certains, mais qui semble plus ancien — dans les couvents syriens et chaldéens. Pendant cette période, il fit un second séjour à Babylone, et en 1820 entreprit un grand voyage en direction du Kurdistan, du nord de Bagdad vers Sulimania, puis à l'Est vers Sinna, ensuite à l'ouest vers Ninive, et enfin rentra à Bagdad en suivant le Tigre. Le récit de ce voyage, qui contient les premières connaissances précises (d'un point de vue scientifique) concernant la topographie et la géographie de la région, a été édité par sa veuve sous le titre « Récit d'un séjour dans le Kurdistan et sur le site de l'antique Ninive » (Londres, 1836).

En 1820 toujours, Rich se rendit à Bassorah, d'où il fit une excursion à Chiraz dans l'actuel Iran, et visita les ruines de Persepolis et les autres sites antiques dans le voisinage. Il mourut du choléra à Chiraz le 5 octobre 1821, à l'âge de trente-quatre ans.

La collection de 390 manuscrits et de monnaies de Claudius James Rich fut acquise par le British Museum, à la suite d'un Acte du Parlement en 1825 pour la somme de 7 000 livres.