Charles Caryl Coleman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Caryl Coleman
Charles Caryl Coleman by Oliver Ingraham Lay (ca. 1876) bw.jpg
Charles C. Coleman par Oliver Ingraham, vers 1876.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
CapriVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Charles Caryl Coleman (né le , à Buffalo et mort le à Capri) est un peintre américain[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né et élevé à Buffalo, Coleman étudie auprès de William Holbrook Beard et d'un peintre itinérant, Andrew Andrews, dont le nom de naissance était Isaacs. Entre 1859 et 1862, Coleman étudie à Paris à l'atelier de Thomas Couture, puis il retourne aux États-Unis pour servir pendant la Guerre de Sécession dans l'armée nordiste où il est gravement blessé et se fait soigner à New York. Il est admis en 1865 à la National Academy of Design en tant qu'académicien associé. Il repart pour l'Europe en 1866 avec ses amis peintres William Morris Hunt et Elihu Vedder[2].

Après un séjour à Paris et en Bretagne, il s'installe à Rome dans un appartement qui avait été autrefois occupé par le poète John Keats, puis déménage définitivement à Capri[2]. Il transforme l'ancien couvent Santa Teresa en Villa Narcissus en 1870. Une partie de sa villa est dédiée à un « palais des arts » avec des antiquités et ses propres tableaux[3]. Plus tard cette villa est acquise par Rose O'Neill, une riche amie américaine qui était illustratrice. Rose O'Neill lui permet d'habiter dans cette villa jusqu'à la fin de ses jours[4].

Ses œuvres ont été exposées aux États-Unis et en Angleterre[2].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Tombe de Charles Caryl Coleman à Capri.
  1. (en) Charles Coleman - Artist, Fine Art, Auction Records, Prices, Biography for Charles Caryl Coleman, askart.com
  2. a b et c (en) askart.com
  3. (en) umuc.edu
  4. (en) Biographie de Coleman, Smithsonian Libraries
  5. (en) St. Ignatius Loyola, A Pictorial History and Walking Guide of New York City’s Church of St. Ignatius Loyola, 1999, cité sur le site de la paroisse Saint-Ignace
  6. (en) Sylvia Yount, « Enduring Legacy: the J. Harwood and Louise B. Cochrane Fund for American Art », in VMFA illustrated publication, 2015, Virginia Museum of Fine Arts, Richmond, Virginie
  7. (en) umuc.edu

Liens externes[modifier | modifier le code]