Chapelle Sainte-Cécile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Cécile, Sainte Cécile et Cécile.

Chapelle Sainte-Cécile
Image illustrative de l’article Chapelle Sainte-Cécile
Calvaire et flanc sud de la chapelle Sainte-Cécile
Présentation
Culte Catholique romain
Type Chapelle
Début de la construction XVIe siècle
Protection  Inscrit MH (1935)
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Département Finistère
Ville Briec
Coordonnées 48° 03′ 19″ nord, 4° 02′ 22″ ouest
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chapelle Sainte-Cécile
Géolocalisation sur la carte : Finistère
(Voir situation sur carte : Finistère)
Chapelle Sainte-Cécile

La chapelle Sainte-Cécile est une chapelle située à Briec, en France[1]. Elle est la seule chapelle de la pointe de Bretagne à être dédiée à sainte Cécile, la patronne des musiciens.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le chapelle est situé dans le département français du Finistère, sur la commune de Briec.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle était à l'origine dédiée à saint Suliau[2], la prononciation bretonne a été maintenue.

Actuellement, seule subsiste la verrière du chevet.

Le XVIe siècle avait fourni à cette chapelle au moins deux autres verrières dont nous avons la description. Les sujets étaient, dans la grande baie du transept sud, une vie de sainte Cécile, et dans la petite baie est du transept nord une annonciation.

En dehors de ces descriptions, nous savons peu de choses sur leur disparition.

En 1878, dans un ouvrage sur le vitrail en Bretagne, Auguste André reprend un article paru dans un Bulletin de la Société archéologique du Finistère. Puis ce fut en 1890, le tour du chanoine Abgrall qui fit une description détaillée de la chapelle[3], et decrivit en 1904 les vitraux dans un article qui fut repris en partie en par la Revue d’art sacré.

En 1922, Corroze et Gay en auraient pris des photos, données par la suite au chercheur Jean Lafond, photos qui demeurent introuvables.

Ces vitraux, ainsi que celui existant actuellement, ont été classés en 1906.

Sur la disparition des deux vitraux, on ne sait que peu de choses. Jean Lafond indique que, lors de son passage, ils ont déjà péri de misère, et que celui du chœur est dans un état pitoyable. On peut se poser aussi la question d’une dépose des restes par un verrier en vue d’une possible restauration qui n’a pas abouti ; la mémoire locale semble l’affirmer.

La verrière du chevet avant 1981 

De cette verrière, avant cette date qui annonce sa restauration, il ne restait plus en place que quarante-cinq pour cent de vitraux anciens. Les parties manquantes étaient en verre dépoli et quelques morceaux de couleur bleue en verre plat qui avaient été utilisés ici et là dont la robe de la Vierge. Ces éléments peuvent nous donner une approche d’une petite restauration postérieure à la seconde partie du XIXe siècle. Cette façon de procéder, qui est plus proche de la conservation que de la restauration, est typique d’un atelier quimpérois comme celui de Cassaigne qui habitait place au Beurre, ne possédant pas de four, ni de grisaille et peut-être pas la main assez habile pour reprendre des pièces dans l’esprit des anciennes. Il restaurait ainsi, sauvant de la ruine certaine, de nombreux vitraux de la région quimpéroise.


La chapelle a été restaurée entre 1979 et 1987.

L'édifice, avec sa petite croix-calvaire, est inscrit au titre des monuments historiques en 1935[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

La chapelle éfifiée au XVIe siècle possède une flèche très élancée avec un clocher à jour. Elle est composée d'une nef, de deux bras de transept et d'une abside carrée.

Description de la verrière du chevet 

C'est une baie à quatre lancettes trilobées composée de 16 panneaux de vitraux de hauteurs différentes, quatre par quatre.

Les trois lancettes de gauche présentent une Crucifixion, la dernière à l’extrême droite étant réservée à la représentation de sainte Cécile.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chapelle Sainte-Cécile avec la petite croix-calvaire », notice no PA00089848, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Albert Deshayes, « Dictionnaire des prénoms celtiques », Ed. Le Chasse-Marée,‎
  3. Jean-Marie Abgrall, « Chapelle de Sainte-Cécile, en Briec », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207610h/f351.image

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Dilasser (dir.), Patrimoine religieux de Bretagne Histoire et inventaire, Le Télégramme, Brest, 2006, 381p., (ISBN 2-84833-173-9), p. 230.
  • Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Collection "Corpus Vitrearum", Vol. VII, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2005, 367p., (ISBN 2-7535-0151-3) (notice BnF no FRBNF40074066), p. 120-121.