Chalciporus piperatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chalciporus piperatus, autrefois Boletus piperatus, de son nom vernaculaire, le Bolet poivré est une espèce de champignons du genre Chalciporus dans la famille des Boletaceae.

Ce champignon boletoïde est caractérisé par sa petite taille, sa saveur poivrée et sa sporée brun rouille. Il pousse principalement sous les feuillus et dans l'hémisphère nord.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Chalciporus piperatus (Bull.) Bataille [1][réf. incomplète]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Boletus piperatus Bull. 1790 (basionyme)
  • Ceriomyces piperatus (Bull.) Murrill 1909
  • Ixocomus piperatus (Bull.) Quél. 1888
  • Leccinum piperatum (Bull.) Gray 1821
  • Suillus piperatus (Bull.) Kuntze 1898
  • Viscipellis piperata (Bull.) Quél. 1886

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Chalciporus piperatus
  • Chapeau : pulviné, d'un diamètre de 1,5 à 6 cm, il est convexe et devient avec l'âge subétalé. Habituellement sec (il peut aussi être viscidule), glabre ou presque, il présente divers tons de brun-jaune ou de brun-rouge, avec une marge unie. Sa chair est jaune pâle, devenant un peu plus foncée à la coupe. Son odeur est indistincte mais sa saveur poivrée est bien perceptible.
  • Hyménium : les tubes sont brun-rouille ou brun-rougeâtre, immuables ou brunissant un peu au froissement
  • Pores : un peu anguleux et parfois radiants depuis le pied, petits à larges, 0,5-2 mm de largeur
  • Couche de tubes : concolore à la face poroïde, 0,3-1 cm de longueur.
  • Stipe : le pied va de 3 à 8 sur 0,4 à 1 cm. Il est égal à atténué vers la base, plein, glabre ou un peu velouté, brun-rouge sur fond jaune, souvent couvert de mycélium jaune à la base. Le voile partiel est absent.
  • Sporée : brun rouille, les spores étant étroitement fusiformes, lisses, brun-pâle, elles mesurent de 7,5 à 10 sur 3 à 4 µm.

Habitat[modifier | modifier le code]

Présent dans tout l'hémisphère nord, on le trouve en Europe sous divers conifères et les bouleaux et au Canada souvent dans les plantations d'épinettes[2]: il est très commun.

Chalciporus piperatus s'est également propagé dans la forêt indigène dans le nord de la Tasmanie, associé avec les eucalyptus dits Myrtle Beech (Nothofagus cunninghamii)[3].

Saison[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dans l'hémisphère nord, il pousse de juillet à début octobre.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Peu recommandé pour sa forte saveur poivrée, il peut toutefois servir de condiment en brunoise, ou encore lorsqu'il est séché et réduit en poudre.

Tests biochimiques[modifier | modifier le code]

  • brun rougeâtre foncé au KOH ou NH4OH; vert grisâtre pâle au FeSO4 sur la cuticule
  • gris-violet au KOH ou NH4OH; vert grisâtre pâle au FeSO4 sur la chair

Comparatif[modifier | modifier le code]

Une espèce voisine, Calchiporus piperatoides[4] présente un hyménium tubulaire qui bleuit ou noircit au froissement et une sporée brun olive[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bull. Soc. Hist. nat. Doubs 15: 39, 1908.
  2. Mille et un champignons du Québec, Cercle des mycologues de Montréal inc., Montréal 2002.
  3. (en) Fuhrer B & Robinson R, Rainforest Fungi of Tasmania and Southeast Australia, 1992
  4. (en) Roody, A.E. W., Bessette W. &, A.R.North american Boletes, Bessette, 2000.
  5. Lamoureux Yves & Després, Jean, Champignons du Québec, Tome 1 Les bolets, Cercle des mycologues de Montréal, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :