Cardiomyopathie du peripartum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cardiomyopathie du peripartum
Classification et ressources externes
CIM-10 O90.3
CIM-9 674.5
DiseasesDB 29243
MedlinePlus 000188
eMedicine med/292 
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La cardiomyopathie du peripartum est un tableau d'insuffisance cardiaque survenant typiquement un mois avant l'accouchement et jusqu'à cinq mois après[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La maladie a été décrite en 1849[2], puis en 1937[3] mais l'appellation actuelle date de 1971[4].

Cause[modifier | modifier le code]

La cause en est inconnue. Il existe probablement une susceptibilité génétique[5],[6]. Le rôle de la prolactine, une hormone, est évoquée, cette dernière pouvant être dégradée en une molécule favorisant la mort (apoptose) des cellules cardiaques[7]. Cette hypothèse ouvre la perspective d'un traitement par les inhibiteurs de la prolactine.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

L'incidence aux États-Unis serait d'environ un cas pour 3 000 grossesses, avec un risque doublé chez les noires[8]. L'incidence semble très supérieure en Haïti, de l'ordre d'un cas pour 300 grossesses[9].

Présentation clinique[modifier | modifier le code]

La cardiomyopathie se manifeste par un tableau d'insuffisance cardiaque sans particularité : essoufflement, œdèmes des membres inférieurs... L'échocardiographie montre une dilatation plus ou moins importante du ventricule gauche avec une fraction d'éjection basse, signant la dysfonction systolique.

Biologie[modifier | modifier le code]

Le taux de BNP ou de NT-proBNP dans le sang est élevé, comme dans toute insuffisance cardiaque. Il semble qu'un taux élevé de prolactine et d'interféron gamma soit corrélé avec une forme plus grave[10].

Traitement[modifier | modifier le code]

C'est celui de l'insuffisance cardiaque, à base de diurétiques, de vaso-dilatateurs et de bêta-bloquants.

La bromocriptine, un inhibiteur de la prolactine semble améliorer significativement l'évolution de la maladie, en particulier les paramètres de la fonction cardiaque[11].

Évolution[modifier | modifier le code]

Une fois le cap passé, la fonction systolique s'améliore dans plus de la moitié des cas et peut même se normaliser[12]. Une nouvelle grossesse est toutefois fortement déconseillée car pouvant se manifester par une récidive de la maladie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hilfiker-Kleiner D, Sliwa K, Drexler H. « Peripartum cardiomyopathy: recent insights in its pathophysiology » Trends Cardiovasc Med. 2008;18:173-179. PMID 18790387
  2. (en) C. Richie « Clinical contributions to the pathology, diagnosis, and treatment of certain chronic diseases of the heart » Edinb Med Surg J. 1849;2:333
  3. (en) Hull E, Hafkesbring E. « "Toxic" postpartal heart disease » New Orleans Med Surg J. 1937;89:550
  4. (en) Demakis JG, Rahimtoola SH. « Peripartum cardiomyopathy » Circulation 1971;44:964–8.
  5. (en) van Spaendonck-Zwarts KY, van Tintelen JP, van Veldhuisen DJ et al. « Peripartum cardiomyopathy as a part of familial dilated cardiomyopathy » Circulation 2010;121:2169–75.
  6. (en) Morales A, Painter T, Li R et al. « Rare variant mutations in pregnancy-associated or peripartum cardiomyopathy » Circulation 2010;121:2176–82.
  7. (en) Hilfiker-Kleiner D, Kaminski K, Podewski E et al. « A cathepsin D-cleaved 16 kDa form of prolactin mediates postpartum cardiomyopathy » Cell 2007;128:589–600.
  8. (en) Mielniczuk LM, Williams K, Davis DR et al. « Frequency of peripartum cardiomyopathy » Am J Cardiol. 2006;97:1765–8. PMID 16765131
  9. (en) Fett JD, Christie LG, Carraway RD et al. « Five-year prospective study of the incidence and prognosis of peripartum cardiomyopathy at a single institution » Mayo Clinic Proceedings 2005;80:1602–6.
  10. (en) Forster O, Hilfiker-Kleiner D, Ansari AA et al. « Reversal of IFN-gamma, oxLDL and prolactin serum levels correlate with clinical improvement in patients with peripartum cardiomyopathy » Eur J Heart Fail. 2008;10:861–8.
  11. (en) Sliwa K, Blauwet L, Tibazarwa K et al. « Evaluation of bromocriptine in the treatment of acute severe peripartum cardiomyopathy: a proof of concept pilot study » Circulation 2010;121:1465–73.
  12. (en) Amos AM, Jaber WA, Russell SD. « Improved outcomes in peripartum cardiomyopathy with contemporary (management) » Am Heart J. 2006;152:509–13. PMID 16923422