Camp Fire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Camp Fire
Image dans Infobox.
Pays
Localisation administrative
Coordonnées
Statistiques
Date de début
Superficie brûlée
62 053 hectaresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nombre de morts
85Voir et modifier les données sur Wikidata
Nombre de blessés
3Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Camp Fire est un feu de forêt actif du 8 au dans le comté de Butte, en Californie. En détruisant notamment la ville de Paradise, il est le plus meurtrier de l'histoire de cet État américain, avec 85 morts, selon le bilan officiel du 3 décembre 2018[1]. Au 26 novembre 2018, date à laquelle les pompiers américains ont annoncé que le feu était « maîtrisé à 100% », on comptabilisait encore 296 disparus[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le feu aurait débuté le 8 novembre 2018 au lever du jour. Les pompiers sont alertés à 6 h 33 heure locale (UTC−08:00), pour un feu de végétation. Un feu qui a commencé sous des lignes électriques haute-tension de l'entreprise Pacific Gas and Electric Company (PG&E). L'enquête devra déterminer si l'origine du feu a un lien avec ces lignes électriques. Les premiers pompiers arrivent 10 minutes plus tard, à 6 h 43[3]. Les vents soufflants à plus de 56 kilomètres par heure aident à la propagation du feu.

Bilan[modifier | modifier le code]

Le feu fut plus destructeur que le Tubbs Fire (en) d'octobre 2017. Il s'inscrit dans la lignée des incendies majeurs qui ont ravagé la Californie à la suite de la sécheresse que connaît cet État depuis plusieurs années. Cet incendie a ravagé 620 km2 de forêt, détruit 13 500 maisons et ce bilan humain au 3 décembre 2018 se montait à 85 morts, 3 blessés et 11 disparus et déplacé plusieurs dizaines de milliers d'habitants[1], la population de la ville de Paradise dans la Sierra Nevada au moment de l'incendie était estimée à elle seule à environ 26 000 habitants[4].

L'incendie a couvert une superficie de 620,5 km2 et a détruit plus de 18 000 structures, la plupart des destructions se produisant dans les quatre premières heures. Les villes de Paradise et Concow ont été presque complètement détruites, chacune perdant environ 95 % de leurs structures. Les villes de Magalia et Butte Creek Canyon ont également été en grande partie détruites[5]. En janvier 2019, le total des dommages était estimé à 16,5 milliards de dollars ; un quart des dommages, 4 milliards de dollars, n'était pas assuré. Le feu de forêt a également coûté plus de 150 millions de dollars en coûts de suppression des incendies, portant le coût total de l'incendie à 16,65 milliards de dollars.

Le même mois, Pacific Gas and Electric Company (PG&E), la société de services publics responsable de la ligne électrique défectueuse, dépose son bilan, invoquant un passif prévu pour les incendies de forêt de 30 milliards de dollars. Basé à San Francisco, PG&E est, selon le Figaro, « depuis des années accusé de faire passer les profits et ses actionnaires avant la sécurité du public, avec des installations désuètes et des manquements répétés à l'entretien et au débroussaillage de ses lignes à haute tension »[6]. Le 6 décembre 2019, le service public a fait une offre de règlement de 13,5 milliards de dollars pour les victimes des incendies de forêt ; l'offre couvrait plusieurs incendies dévastateurs causés par le service public, y compris le Camp Fire. Le 16 juin 2020, le service public a plaidé coupable de 84 chefs d'accusation d'homicide involontaire[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Noémie Taylor Rosner, « A Paradise, l'espoir après le chaos », La croix,‎ , p. 2-3 (ISSN 0242-6056)
  2. « "Camp Fire", l'incendie le plus meurtrier de Californie, a été entièrement maîtrisé », sur france24.com, (consulté le )
  3. (en) « PG&E power lines may have sparked deadly Camp Fire, according to radio transmissions », sur mercurynews.com, (consulté le )
  4. (en-US) US Census Bureau, « Population and Housing Unit Estimates Tables », sur www.census.gov (consulté le )
  5. (en) « Number missing in US fire leaps to 631 », sur Bbc.com,
  6. États-Unis: le fournisseur d'électricité PG&E accusé d'être à l'origine d'un incendie, lefigaro.fr, 20 juillet 2021
  7. (en) Jorge L. Ortiz, « PG&E pleads guilty to 84 counts of involuntary manslaughter for 2018 Northern California fire », sur usatoday.com,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :