Cair Andros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cair Andros est le nom donné à un fort du Gondor et à l'île qui l'abrite, au nord d'Osgiliath, dans l'œuvre de J. R. R. Tolkien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cair Andros, « Navire aux Longues Écumes » en sindarin, est une île rocheuse située sur l'Anduin, mesurant une quinzaine de kilomètres de longueur à l'est de l'Anórien. Tolkien précise l'origine du nom de l'île :

« […] l'île a été formée comme un grand bateau, avec une haute proue pointant au nord, contre laquelle les eaux de l'Anduin venaient se briser en une écume blanche[1]. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation et fortifications[modifier | modifier le code]

On ignore la date de fondation de Cair Andros. On sait toutefois qu'Ondoher, en 1944 du Troisième Âge, y avait installé une garnison. Durant les années, il y eut un relâchement et l'île tomba peu à peu à l'abandon. C'est Túrin II le Surintendant, arrière-grand-père de Denethor II, qui décida de la refortifier vers 2900 T. A. et d'y poster à nouveau des troupes.

Son importance stratégique[modifier | modifier le code]

Cair Andros était un endroit stratégique pour le Gondor. En effet, l'île était un des seuls endroits avant la ville d'Osgiliath où on pouvait franchir le fleuve Anduin. D'ailleurs, le feu d'alarme d'Amon Dîn fut originairement construit afin de surveiller ce passage.

Durant la Guerre de l'Anneau[modifier | modifier le code]

Le 10 mars 3019 T. A., la défense de Cair Andros faillit. Pendant la même journée où le Roi-Sorcier d'Angmar sortait de Minas Morgul avec les armées principales, des bataillons d'environ six mille combattants du Mordor sortis de la Porte Noire prenaient le fort et l'île. C'était cette force qui bloquait la progression des Rohirrim vers l'est alors qu'ils chevauchaient au secours du Gondor.

Après la bataille des Champs du Pelennor, ces derniers furent chassés et refoulés hors de l'Anorien. Dans le voyage des Armées de l'Ouest vers la Porte Noire, Aragorn renvoya des soldats pour reprendre l'île à l'Ennemi.

« Partez! dit Aragorn. Mais conservez ce que vous pourrez d'honneur et ne courez pas! Et il y a une tâche à laquelle vous pouvez vous efforcer et ainsi vous sauver un peu de la honte. Allez vers le sud-ouest jusqu'à Cair Andros et au cas où celle-ci serait encore tenue par les ennemis, comme je le pense, reprenez-la, si vous le pouvez, et tenez-la jusqu'au bout pour la défense du Gondor et du Rohan[2] ! »

On peut aisément supposer qu'ils réussirent dans leur tâche, étant donné le passage suivant, durant le Couronnement du Roi :

« Et de rapides cavaliers apportèrent alors de Cair Andros la nouvelle que tout était terminé […][3] »

Après la fin de la Guerre de l'Anneau, Cair Andros ne servit plus que pour amarrer des navires gondoriens. C'est la dernière fois qu'on entend parler de la forteresse.

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Seigneur des Anneaux, Appendice A(IV), les Intendants
  2. Le Seigneur des Anneaux, Livre V, Chapitre X : « La Porte Noire s'ouvre »
  3. Le Seigneur des Anneaux, Livre VI, Chapitre 5, « L'Intendant et le Roi »

Bibliographie[modifier | modifier le code]