Bratoukhine B.11

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bratoukhine B.11
Rôle Hélicoptère expérimental.
Constructeur Drapeau : URSS Bureau d'étude Bratoukhine
Premier vol 1948
Mise en service Demeuré à l'état de prototype.
Nombre construit 2 exemplaires
Équipage
2 membres.
Motorisation
Moteur Ivtchenko AI-26-GR
Nombre Deux
Type moteurs en étoile
Puissance unitaire 580 ch
Nombre de pales 6
Dimensions
Image illustrative de l’article Bratoukhine B.11
Diamètre du rotor 10,00 m
Longueur 9,76 m
Masses
À vide 3 400 kg
Maximale 4 510 kg
Performances
Plafond 2 550 m
Distance franchissable 320 km

Le Bratoukhine B.11 est un hélicoptère expérimental soviétique testé à la fin des années 1940. Il s'agit de la dernière évolution du Bratoukhine Oméga (en). C'est le dernier hélicoptère conçu par Bratoukhine[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Bratoukhine B.11 fut développé afin de poursuivre les travaux avortés du B.10 (en). Ce nouvel hélicoptère reprenait la formule des rotors contrarotatifs disposés à l'extrémité des ailes[2]. Chaque rotor disposait de son propre moteur.

Le premier prototype réalisa son vol inaugural en mars 1948, suivi deux mois plus tard par le second. Cependant à cette époque le programme des nélicoptères Bratoukhine n'avait déjà plus les faveurs du Kremlin. Les dirigeants soviétiques s'étaient alors tournés vers les hélicoptères disposant d'une architecture plus académique, à l'image du Mil Mi-1.

Le le second prototype fut perdu dans un accident. Lors du crash ses deux membres d'équipage furent tués sur le coup[3]. Début 1949 le programme fut officiellement abandonné.

Description[modifier | modifier le code]

Le Bratoukhine B.11 se présentait sous la forme d'un hélicoptère bimoteur construit en bois entoilé, contreplaqué, et métal. Sa propulsion était assurée par deux moteurs en étoile Ivtchenko AI-26-GR d'une puissance nominale de 580 chevaux. Les deux membres d'équipage prenaient place dans un cockpit largement vitré[4]. L'hélicoptère disposait d'un train d'atterrissage classique fixe disposant d'une roulette de queue orientable.

Note[modifier | modifier le code]

Il est à noter que jamais le Bratoukhine B.11 ne reçut de désignation officielle occidentale. Il ne fut en effet découvert par l'OTAN qu'en 1968 soit près de vingt ans après la fin de son programme de développement.

Sources & références[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Michel Marmin (réd. en chef), Jean-Claude Bernar (dir.) et Marion Mabboux (esp. d'éd.), Toute l'aviation : la grande aventure technologique des avions civils et militaires, Paris Bruxelles Lausanne, Atlas,Atlen.Rencontre, , 15 vol. (4605 p.) : ill. ; 29 cm (ISBN 978-2-7312-1326-3, 978-2-731-21344-7 et 978-2-731-21345-4, OCLC 715773689).
  • Bill Gunston et Mike Spick, Hélicoptères de combat, Paris Bruxelles Lugano, Atlas Atlen Éd. transalpines, , 207 p. (ISBN 978-2-7312-0643-2).
  • Bill Gunston, Hélicoptères militaires, Paris, PML, , 159 p. (ISBN 978-2-87628-895-9).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le grand atlas de l'aviation, Editions Atlas, (ISBN 2-7312-1468-6)
  2. « Bratukhin B11 Omega - Hélicoptère Russe 1947 », sur helimat.free.fr (consulté le 14 juillet 2019)
  3. « Bratukhin B-11 helicopter - development history, photos, technical data », sur www.aviastar.org (consulté le 14 juillet 2019)
  4. « Bratukhin B-11 », sur 1000aircraftphotos.com (consulté le 14 juillet 2019)