Botrytis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Botrytis est un genre de champignons ascomycètes de la famille des Sclerotiniaceae. Il est très proche du genre Sclerotinia. Certaines espèces ont une phase sexuée (téléomorphe) très discrète ou inexistante. Ce sont des parasites nécrotrophes de plantes. On y rencontre en particulier le très cosmopolite Botrytis cinerea agent de la pourriture grise.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme Botrytis fut forgé à partir du grec[1] botrus ßοτρυς « grappe de raisin ». Il fait référence à la forme des conidiophores[2].

Systématique et classification[modifier | modifier le code]

Les Botrytis furent originellement décrits au sein des deutéromycètes, c’est-à-dire au sein des champignons imparfaits. Dans les classifications basées sur la forme et la disposition des conidiophores, ils appartenaient à la famille des Dematiaceae. Dans les classifications basées sur la genèses des conidies, ils étaient rattachés aux Botryoblastosporés[3]. Dans les classifications modernes, les deutéromycètes apparaissent comme un regroupement artificiel, et les genres mêmes ceux pour lesquels on ne connaît pas de formes sexuées (téléomorphes) peuvent être rattachés grâce à la biologie moléculaire à des familles de champignon parfaits, ici les ascomycètes. Lorsqu’une forme sexuée existe chez les Botrytis, elle appartient au genre Botryotinia. Depuis qu’en 2013 les règles de nomenclature n’imposent plus la prédominance de téléomorphe sur l’anamorphe, il n’apparaît pas encore clairement quel nom (Botrytis ou Botryotinia) sera retenu par les mycologues[4].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (27 juillet 2017)[5] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr + el) Eugène Talbot, Dictionnaire français-grec : suivi d’un vocabulaire des noms propres, Paris, , 13e éd., XII–572 p. (OCLC 797014946, lire en ligne)
    Livre disponible via l’Internet Archive BookReader.
  2. (fr + en) Anne-Sophie Walker, Diversité et adaptation aux fongicides des populations de Botrytis cinerea, agent de la pourriture grise : Introduction générale, Université Paris Sud — Paris XI, , 170 p. (lire en ligne [PDF]), p. 32
    Thèse de doctorat sous la conduite d’Élisabeth Fournier.
  3. École supérieure d’ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique, « Anciennes classifications des Deutéromycètes », sur esmisab.univ-brest.fr, (consulté le 11 mai 2020).
  4. (fr + en) Anne-Sophie Walker, Diversité et adaptation aux fongicides des populations de Botrytis cinerea, agent de la pourriture grise, Thèse, Université Paris-Sud, coll. « Sciences agricoles », , 213 p. (lire en ligne [PDF]).
  5. Roskov Y., Ower G., Orrell T., Nicolson D., Bailly N., Kirk P.M., Bourgoin T., DeWalt R.E., Decock W., van Nieukerken E.J., Penev L. (eds.) (2020). Species 2000 & ITIS Catalogue of Life, 2020-12-01. Digital resource at www.catalogueoflife.org. Species 2000: Naturalis, Leiden, the Netherlands. ISSN 2405-8858, consulté le 27 juillet 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :