Bertoua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bertoua
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Est
Département Lom-et-Djérem
Démographie
Population 95 000 hab. (2005)
Densité 950 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 34′ 30″ nord, 13° 41′ 04″ est
Altitude 717 m
Superficie 10 000 ha = 100 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bertoua
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Bertoua

Bertoua est une commune du Cameroun située dans le département du Lom-et-Djérem et la région de l'Est, érigée en Communauté urbaine de Bertoua en 2008[1]. La ville de se trouve à 350 km de Yaoundé. Bertoua est la capitale régionale de l'Est, la plus grande région forestière du Cameroun.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa situation géographique fait d'elle le principal pôle de développement de la région. Sa superficie actuelle est estimée à 100 km². Cette localité occupe une partie du plateau sud camerounais, vaste pénéplaine dont l'altitude varie entre 400 - 900 m. Elle est drainée du nord au sud par le cours d'eau dénommé Djadombe. Son climat est de type subtropical à trois saisons : une grande saison sèche qui va de décembre à mi-mars ; une petite saison de pluies de mi-mars à mi-mai, une grande saison de pluies de mi-septembre à novembre. La température y est élevée tout au long de l'année, avec un maximum de 30 °C. La moyenne oscille entre 23 et 25 °C. Les précipitations y sont relativement abondantes (1500 à 2000 mm de pluies par an).

Transports[modifier | modifier le code]

Bertoua possède un aéroport (code AITA : BTA).

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Bertoua aurait été créée vers 1927 par les chasseurs Gbaya venus de la République centrafricaine. Trois périodes ont été identifiées dans le développement de la ville :

  • La première période, correspond à la période coloniale. Elle va de la création de la ville en 1927 à l'indépendance du pays en . Le développement urbain est influencé par la situation de ville carrefour : c'est le lieu de transit pour les européens faisant le commerce de l'or ou en partance pour la RCA, le Congo-Brazzaville et même le Tchad. Elle est également un gîte d'étape pour les militaires allant à Bouar pour leur formation.
  • La deuxième période va de 1960 à 1988/89. Elle est marquée par une forte emprise de l'État sur le développement de la ville. Bertoua devient chef-lieu de l'Inspection Fédérale de l'Est (actuellement Province de l'Est). Cette période est marquée aussi par des investissements importants de l'État dans l'aménagement et l'équipement de la ville
  • La 3e période va de 1989 à nos jours. Elle est marquée par une forte récession économique, qui réduit fortement les ressources financière de l'État.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005 (RGPH3), la population de Bertoua était la suivante[2] :

  • Bertoua IIe : 42 534 habitants, dont 41 985 pour Bertoua IIe Ville, qui comprend également le village de Kano.

La croissance démographique est surtout le fait d'une migration importante des populations des autres unités administratives de l'Est, des autres régions du Cameroun et des pays voisins (Tchad, RCA, Congo-Brazzaville, Nigeria).

La population active de Bertoua est constituée en majeure partie de jeunes qui travaillent dans le secteur informel où le transport occupe une place prédominante. Le niveau de revenu bas ne favorise pas l'accès à l'éducation et à la santé dont l'offre est par ailleurs faible.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Selon le portail de la communauté urbaine de Bertoua (CUB)[3], la ville compte plusieurs établissements, relevant tant de l'enseignement maternelle et primaire, de l'enseignement secondaire que de l'enseignement supérieur. On y dénombre ainsi 11 écoles maternelles, 30 écoles primaires, 10 établissements d’enseignement secondaires dont 4 d’enseignement technique, 01 Université privée catholique.

L’Institut universitaire catholique de Bertoua, seule université privée de la ville, a été créé en 2007[4], sous l’impulsion des évêques de la région.

Religion[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Bertoua a été créé en 1983, puis élevé au rang d’archidiocèse en 1994. La cathédrale de la Sainte-Famille est son siège.

Médias[modifier | modifier le code]

Beaucoup de médias publics et privés cohabitent les villes du Cameroun, qu'il s'agisse de chaînes de télévisions, de chaînes de radio ou de la presse écrite.

Quelques chaînes de télévisions camerounaises recevables à Bertoua : CRTV, Spectrum Télévision (STV 1 et STV 2), Canal 2 international, Ariane TV, New TV. Toutefois, de nombreux foyers reçoivent les chaînes télévisions étrangères grâce à la câblodistribution ou au satellite.

Quelques radios camerounaises recevables à Bertoua ou émettant depuis Bertoua : CRTV radio poste national, CRTV radio chaîne de l'Est, Radio Aurore (99.4 FM) et Dunamis FM (98.0 FM).

Quelques journaux écrits camerounais accessibles à la population de Bertoua : Cameroon Tribune, Le Messager, Mutations, La Nouvelle Expression, Le Jour, Repères.

Quelques sites d'information en ligne accessibles à la population : AfricaPresse.com, CameroonOnline.org, voirbertoua.meximas.com,

Personnalités nées à Bertoua[modifier | modifier le code]

Coupure du ruban par un Maire de Bertoua

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2008/025 du 17 janvier 2008 portant création de la communauté urbaine de Bertoua, in Cameroon Tribune, no 9018 du vendredi 18 janvier 2008, p. 5
  2. Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  3. « Bertoua City Portal »
  4. « Institut universitaire catholique de Bertoua », sur univcathobertoua.net (consulté le 6 janvier 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Bertoua », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 116-117 (ISBN 978-2-86950-464-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]