Barrage du Saut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Savoie image illustrant un barrage
Cet article est une ébauche concernant la Savoie et un barrage.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Barrage du Saut
Image illustrative de l'article Barrage du Saut
Le barrage du Saut
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision Savoie
Coordonnées 45° 29′ 10″ Nord, 6° 58′ 07″ Est
Cours d'eau Torrents de la Sassière, du Cruet et du Clou
Objectifs et impacts
Vocation Énergie
Date du début des travaux juin 1966
Date de mise en service novembre 1967
Barrage
Réservoir
Bassin(s) irrigué(s) Lac du Saut

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Barrage du Saut

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Barrage du Saut

Le Barrage du Saut (2 280 m)[1] est situé en Tarentaise (Savoie), dans la haute vallée de l'Isère, près de la station de sports d'hiver de Tignes.

Situé entre le barrage du Chevril et celui de la Sassière, il appartient à l'un des plus importants ensembles hydroélectriques français.

Les travaux ont commencé en juin 1966. La première mise en eau s'est effectuée du 11 au 13 octobre 1967. Le groupe électrique a été couplé au réseau le 17 novembre 1967.

L'usine électrique du barrage est souterraine. Elle se trouve un peu plus bas en direction de Tignes, à une altitude de 2 217 m[2], ce qui en fait la centrale électrique la plus haute d'Europe[3]. En sortie de la centrale, les eaux du Saut rejoignent celles des torrents du Cruet et du Clou, et sont ensuite turbinées à l'usine du Chevril, après une chute de 416 mètres[4].

Le barrage (ainsi qu'un parking utilisé par les randonneurs) se trouve à l'entrée du vallon de la Grande Sassière, classé en réserve naturelle (Réserve naturelle de la Grande Sassière).

Le hameau du Saut (commune de Tignes), composé de 5 à 7 maisons, n'est aujourd'hui plus habité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le déversoir du barrage est à 2 295 m.
  2. Histoire du Service de la production hydraulique d'Électricité de France, Georges Maurin
  3. Pauwels Business News, Mai 2008
  4. « Les dossiers de www.sabaudia.org : Les Grands barrages des Alpes de Savoie », sur www.savoie-archives.fr (consulté le 27 août 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]