Banyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les villes du Cameroun
Cet article est une ébauche concernant les villes du Cameroun.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Banyo
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Adamaoua
Département Mayo-Banyo
Démographie
Population 93 880 hab. (2005[1])
Géographie
Coordonnées 6° 45′ N 11° 49′ E / 6.75, 11.826° 45′ Nord 11° 49′ Est / 6.75, 11.82
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Banyo

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Banyo

Banyo est une ville de la région de l'Adamaoua, au Cameroun. C'est également le chef-lieu du département du Mayo-Banyo.

Origine de la ville[modifier | modifier le code]

La ville de Banyo a été fondée lors de l'invasion peul au XVIIIe siècle, c'est-à-dire lors de l'expansion de l'empire sokoto de Ousman Dan Fodio. Plusieurs petites localités furent conquises par un chef peul appelé Ardo Hamagabdo ou Ardo Hamadandi. Le nom de Banyo viendrait du nom d'un patriarche Bouté nommé Mbamyan. À la fin du règne de Ardo hamagabo, la ville englobait les localités de Kontcha et de Gachiga. Après sa mort le territoire fut divisé par trois entre ses principaux fils.
La ville actuelle se trouve entre Tibati au nord, le Nigeria à l'ouest et Mbankim au sud.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 93 880 habitants[1], dont 30 789 pour Banyo Ville.

Nous y trouvons les Peuls, les Boutes, les Wawa, Les Konja, les Mambila, les Haoussa, les Tikar et d`autres.

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Bankim proprement dite, la commune comprend les villages suivants [1] :

Culture et religion[modifier | modifier le code]

À côté des coutumes traditionnelles caractéristiques de chaque groupe ethnique, la population de Banyo est rattachée à la culture musulmane, religion principale de la ville, bien qu'on peut retrouver d`autres groupes religieux.

La vie sociale est marquée par un strict respect au Lamido (chef coutumier local) et aux autorités religieuses. Le Lamido actuel s'appelle Mohamman Gabdo Yaya (depuis 1997).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marcel Hurault, Recherches de géographie physique et humaine à Banyo, Tibati et Bankim (Cameroun) : 14 novembre à 23 décembre 1995, 25 janvier à 11 avril 1996, 2000 (rééd.), 65 p. (Rapport adressé à Monsieur le Ministre de l'Enseignement supérieur, de l'informatique et de la recherche scientifique, Yaoundé)
  • Mohaman Gabdo Yahya, Le lamidat de Banyo : épreuves d'hier et défis d'aujourd'hui, Afrédit, Yaoundé, 2009, 251 p. (ISBN 978-995-642825-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Banyo, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)