Bande industrielle, scientifique et médicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les bandes ISM (industriel, scientifique et médical) sont des bandes de fréquences qui peuvent être utilisées dans un espace réduit pour des applications industrielles, scientifiques, médicales, domestiques ou similaires, à l'exception des applications de radiocommunication et de radio-repérage pour lesquels la directive RED est d'application[1]. Pour l'Union européenne, les bandes de fréquences, et les éventuels niveaux limites sont définis dans la norme EN 55011. Pour les États-Unis, la publication partie 18 du titre 47 du "code of federal regulations"(CFR) définit ces bandes de fréquences et les niveaux limites d'émission associés.

Ces bandes de fréquences sont généralement partagées avec les bandes de fréquences harmonisées pour les équipements de radiocommunication et de radio-repérage. En Europe, l'utilisation de ces bandes de fréquences est alors régie par la directive RED (succédant à la directive R&TTE). Aux États-Unis, l'utilisation de ces bandes de fréquences est régie par la partie 15 du titre 47 du CFR rédigé par la FCC.

Réglementation[modifier | modifier le code]

Les bandes de fréquences ISM ont été désignées par l'UIT.

Aux États-Unis, les bandes ISM sont définies au chapitre 18.301 du titre 47 du CFR .

En Europe, les bandes de fréquences ISM sont définies au tableau 1 de l'EN 55011 :

   6,765 -   6,795 MHz  (soit   6,78 MHz ±  15,0 kHz)
  13,553 -  13,567 MHz  (soit  13,56 MHz ±   7,0 kHz)
  26,957 -  27,283 MHz  (soit  27,12 MHz ± 163,0 kHz) [2] 
  40,660 -  40,700 MHz  (soit  40,68 MHz ±  20,0 kHz)
 433,05  - 434,79 MHz  (soit 433,920 MHz ± 0,2 %)
   2,4   -   2,5 GHz  (soit   2,450 GHz ±  50,0 MHz)
   5,725 -   5,875 GHz  (soit   5,800 GHz ±  75,0 MHz)
  24     -  24,25 GHz  (soit  24,125 GHz ± 125,0 MHz)
  61     -  61,5 GHz  (soit  61,25 GHz ± 250,0 MHz)
 122     - 123 GHz  (soit 122,50 GHz ± 500,0 MHz)
 244     - 246 GHz  (soit 245,00 GHz ±   1,0 GHz)

D'autres fréquences peuvent être utilisées dans certains pays, comme défini dans le tableau 1b de la norme EN 55011.

Tous les appareils émettant des ondes radiofréquences de manière intentionnelle doivent respecter les exigences applicables en termes de limitation de l'exposition des personnes aux champs électromagnétiques.

L'utilisation de fréquence ISM pour des applications de radiocommunications ou de radio-repérage doivent respecter les exigences de la directive RED. Les bandes de fréquences sont alors réglementées. Pour les équipements de courte portée (de puissance inférieure à 500 mW), les bandes de fréquences, et divers restrictions, sont résumées dans la recommandation ERC/REC 70-03. Pour des équipements de plus forte puissance, ou pour l'utilisation d'autres bandes de fréquences, leur utilisation doit être accordée par une licence obtenue auprès de chaque autorité nationale. Selon les pays, l'utilisation d'une fréquence peut être sujet à paiement.

L'utilisation de fréquence ISM pour toute autre application (notamment pour agir sur la matière, tel qu'un four à micro-ondes, plaques à induction, certains soudeurs à arc...) peuvent émettre sans limitation de puissance, sauf si les autorités nationales ont jugé des limitations nécessaires. Ces produits doivent rester conformes à la directive CEM. Pour des applications non conventionnelles et dépassant les limites d'émissions hors fréquence ISM, il devient nécessaire d'avertir les autorités nationales concernées (ANFR en France, IBPT en Belgique), conformément au requis de la norme EN 55011.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Équipements agissant sur la matière[modifier | modifier le code]

Les équipements suivants, agissant sur la matière, utilisent des fréquences ISM :

Équipements de radio-repérage[modifier | modifier le code]

Certains radars, aussi bien ceux pour déterminer la vitesse que ceux déterminant la position, utilisent des fréquences ISM.

Équipements de radiocommunication[modifier | modifier le code]

Les bandes de fréquences ISM sont aussi utilisées pour des applications de télécommunication, principalement de courte portée :

Bandes basses[modifier | modifier le code]

La bande 26 MHz a été longtemps utilisée pour les téléphones sans fil type CT0 domestiques (bande 26,3 à 26,5 MHz) en modulation de fréquence « FM » (selon l'annexe A7 du TNRBF de l'ANFR), remplacés aujourd'hui par les DECT numériques (hors fréquence ISM).

La bande 433 MHz est très largement utilisée pour des liaisons domestiques à faibles performances ou débit, en particulier les télécommandes de voitures ou de portails, les thermomètres d'extérieur, les modems radio, les portiers vidéo sans fil, les alarmes sans fil, les baby phone, des jouets, etc.

La bande 868 MHz est également utilisée dans les réseaux d'équipements domotiques tel que EnOcean, Z-Wave ou des réseaux M2M comme Sigfox et Lora.

Bande 2,4 GHz[modifier | modifier le code]

Dans l'Union européenne, la bande ISM principale utilisée est la bande de fréquence de la gamme des UHF allant de 2 400 à 2 483 MHz (bande S). Les réseaux WLAN et les dispositifs Bluetooth émettent dans la bande des 2,4 GHz.

Outre le Wi-Fi, la bande des 2,4 GHz est réservée à de nombreuses applications publiques et grand public sans fil, les caméras de vidéo-surveillance professionnelles et domestiques, les webcams, les transmetteurs (émetteur/récepteur) de salon audio-vidéo...

En Europe, puissance autorisée : PIRE 100 mW (20 dBm). L'ISM est partagée avec les radioamateurs jusqu'à 2 450 MHz.

Bande 5,8 GHz[modifier | modifier le code]

La bande dite des 5,8 GHz (de 5 150 à 5 350 MHz et de 5 470 à 5 725 MHz) est désormais libre avec des PIRE limitées respectivement à 200 mW (intérieur) et 1 000 mW (extérieur/intérieur). Il y a également des réseaux et dispositifs WLAN dans la bande des 5 GHz (plus précisément 5,150 - 5,725 GHz en Europe) et à une puissance d'émission différente.

Cohabitation des systèmes[modifier | modifier le code]

Ces bandes étant ouvertes à tout utilisateur, avec des matériels variés parfois modifiés, dans les zones urbaines la cohabitation devient difficile entre les différents utilisateurs, radioamateurs, wifistes d'un côté et les usages domestiques utiles (four à micro-ondes, vidéo-surveillance) ou ludiques (aérocam, astrocam, météocam, etc.), de l'autre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]