Sigfox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sigfox
logo de Sigfox

Création 03/09/2009
Fondateurs Christophe Fourtet et
Ludovic Le Moan
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social Labège
Drapeau de France France
Direction Anne Lauvergeon et

Ludovic Le Moan

Actionnaires Idinvest Partners,
Elai Partners,
Intel Capital,
Ixo Private Equity,
Partech Ventures,
Salesforce,
Total SA,
Alto Invest et
Swen CP
Activité Ingénierie, études techniques

Ape : 7112B

Produits Internet des objets (IoT)

Connectivité

Effectif 310
SIREN 514 582 444
Site web sigfox.com

Chiffre d'affaires 16 418 500 € en 2015

en augmentation50 M€ (2017)[1]estimé

comptes récents non disponibles

Résultat net -13 957 000 € en 2015 (perte)

Sigfox est un opérateur de télécommunications français créé en 2009 par Christophe Fourtet et Ludovic Le Moan et implanté à Labège, commune de la banlieue toulousaine. C'est un opérateur télécom de l'Internet des objets. En France, fin 2014, son réseau cellulaire comporte 1 300 antennes. L'opérateur a annoncé en octobre 2015 sa volonté de s'étendre en Afrique et au Moyen-Orient.

Sigfox est spécialisé dans le M2M via des réseaux bas débit. Il contribue à l'Internet des objets en permettant l'interconnexion via une passerelle. Sa technologie radio UNB (« Ultra narrow band ») lui permet de bâtir un réseau cellulaire bas-débit, économe en énergie. Ce type de réseau est déployé dans certaines bandes de fréquences ISM, disponibles mondialement sans licence. En Europe, la bande de fréquence ISM utilisée est celle de 868 MHz et les technologies de modulation sont DBPSK et GFSK.

Historique[modifier | modifier le code]

La société a été fondée en 2011[2].

Fin avril 2014, Anne Lauvergeon prend la tête de son conseil d'administration[3].

L'entreprise a procédé à plusieurs levées de fonds pour investir sur ses solutions et accélérer son développement, notamment en 2012 d'un montant de 10 M€[2], en 2014 d'un montant de 15 M€[2], en 2015 d'un montant de 100 M€ et en 2016 d'un montant de 150 M€[4].

La levée de fond de 2014 s'est faite autour d'Idinvest Partners, le fonds « Ambition Numérique » géré par Bpifrance, d'Elai Partners, d'Intel Capital, d'Ixo Private Equity, et de Partech Ventures[2],[5].

En 2015, la startup réalise une levée de fonds de 100 millions d'euros auprès d'acteurs industriels comme Engie ou Air liquide et des entreprises de télécoms comme Telefónica ou SK Telecom[6].

En 2016, lors d'une levée de fonds record de 150 millions d'euros de nouveaux investisseurs prennent part au Capital de Sigfox : Salesforce, Total, Henri Seydoux, Alto Invest, Swen CP[4],[7]

De juin 2015 à mars 2017, Xavier Drilhon, ancien directeur d'Oberthur Technologies a été le directeur général délégué de Sigfox[8],[9].

L'exercice 2018 a frôlé l'équilibre mais s'est traduit finalement par une perte de 136 000 euros[10].

En septembre 2019 Sigfox est pressenti pour faire pari du Next40. Le Next40 est une liste qui va rassembler les 40 sociétés françaises les plus prometteuses. Des sociétés non cotées de la French tech qui ont le potentiel de devenir des champions européens voire mondiaux dans leur secteur. Le Next40 est vu par le gouvernement comme un premier levier pour donner de la visibilité à l'international à ces entreprises et leur permettre de grossir plus rapidement[11].

Technologie[modifier | modifier le code]

Sigfox utilise une technologie propriétaire qui utilise une bande industrielle, scientifique et médicale, sur les fréquences 868 MHz en Europe et 902 MHz aux États-Unis. Cette technologie permet d'obtenir des signaux atteignant de grandes distances (elle est appelée «Ultra narrowband» ) et requiert peu d'énergie ; elle fait partie de la catégorie des LPWAN : Réseaux sans fil à Basse Consommation et Longue Distance, tout en supportant une communication bidirectionnelle limitée.

Sigfox ne peut utiliser la bande ISM que 1 % du temps, soit, par abonné, 140 messages montants maximum par jour qui peuvent contenir chacun une charge utile de 12 octets (en excluant les en-têtes et les métadonnées de signal qui contiennent entre autres les informations d'authentification de l'objet), ainsi que jusqu'à 4 messages descendants par jour, pouvant contenir chacun une charge utile de 8 octets.

Ce réseau UNB, combiné à une diversité fréquentielle, temporelle et spatiale, permet une longue portée et une haute qualité de service.

Le signal peut être utilisé pour couvrir de vastes territoires, et atteindre des objets en sous-sol.

Déploiements[modifier | modifier le code]

Sigfox est partenaire de plusieurs firmes, comme Texas Instruments, Silicon Labs, ON Semiconductor. En France, Sigfox opère et commercialise son réseau. À l'international, il s'appuie sur des opérateurs partenaires, désignés sous le vocable Sigfox Operators (SO).

Depuis le 4 décembre 2018, Sigfox est nativement présent dans la Freebox Delta de Free[10], et permet la communication d'objets connectés issus de la domotique.

Les opérateurs partenaires sont notamment SqwidNET en Afrique du Sud, IDEO Caraibes en Antilles françaises, Thinxtra en Australie, Engie M2M en Belgique, WND au Brésil, PHAXSI en Colombie, IoT Denmark au Danemark, ConnectedFinland en Finlande, NetTrotter en Italie, VT Networks en Irlande, IO Connect sur les Îles de La Réunion, Maurice et Mayotte, Kyocera Communication Systems Co. au Japon, RMS.lu S.A. au Luxembourg, IoTMalta à Malte, IoTNet Mexico au Mexique, Thinxtra en Nouvelle-Zélande, Omantel à Oman, Aerea aux Pays-Bas, VITI en Polynésie française, NarrowNet au Portugal, Simple Cell en République Tchèque, Arqiva au Royaume-Uni, HELIOT en Suisse, UnaBiz à Singapour, UnaBiz à Taiwan. Sigfox détient son propre réseau en France, en Allemagne, en Espagne et aux États-Unis[10].

Des déploiement plus ponctuels autour d'une ville existent également :

  • Santiago, Chili
  • Umea, Suède
  • Varsovie, Pologne
  • Graz, Autriche
  • Mumbai, Inde
  • Séoul, Corée

Sigfox projette de renforcer son déploiement international.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 50 M€ de CA pour Sigfox en 2017 lalettrem.fr, consulté en mars 2018
  2. a b c et d Cédric Dedieu, « Sigfox, une start-up française très convoitée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. [« Sigfox connecte les objets de la planète », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Sigfox dope son réseau avec un tour de table à 150 millions d'euros », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  5. «  Sigfox annonce une levée de fonds de 15 millions d'euros  », Dynamique Mag,‎ (lire en ligne)
  6. « Sigfox lève 100 millions d'euros, Emmanuel Macron applaudit », L'Entreprise,‎ (lire en ligne)
  7. « 150 millions d'euros levés... Sigfox change de dimension », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. Pascal Coutance,, « L'ex-directeur général d'Oberthur Technologies rejoint Sigfox », Electronique.biz,‎ (lire en ligne)
  9. « Mauvaises ondes chez Sigfox », Next INpact,‎ (lire en ligne)
  10. a b et c « Sigfox rêve de connecter 1 milliard d'objets », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. Blablacar, OVH, Deezer, Doctolib... Ces entreprises qui feront partie du Next40 article publié sur bfmtv et rédigé par Olivier Chicheportiche le 16/09/2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]