Baignol et Farjon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baignol et Farjon
logo de Baignol et Farjon

Création 1850
Disparition 1979
Fondateurs François Lebeau
Personnages clés Camille Baignol, Ferdinand Farjon, Albert Baignol, Roger Farjon, Raymond Farjon, Renaud Farjon.
Forme juridique entreprise
Siège social Boulogne-sur-Mer
Drapeau de la France France
Activité Industrie des matériaux d'écriture
Produits Matériaux d'écriture
Société mère Lebeau aîné
Effectif 850 en 1975

Baignol & Farjon est une entreprise de matériaux d'écriture qui nait en 1850 à Boulogne-sur-Mer sous le nom Lebeau aîné et est rachetée en 1979 par Bic.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1850 qu'un industriel boulonnais, François Lebeau, crée l'entreprise Lebeau aîné sur le modèle des fabriques anglaises de plumes métalliques d'écriture. François Lebeau débauche des contremaitres anglais afin de reproduire l'outillage et la structure des entreprises de ce pays en profitant de l'absence de protection juridique sur ce type de produits.

À partir de 1870 l'entreprise Lebeau aîné va se diversifier et se lancer, en plus des plumes métalliques, dans la production de crayons graphite, de porte-mines et de porte-plumes. En 1875, les deux gendres de François Lebeau, Camille Baignol et Ferdinand Farjon, sont à même de prendre sa succession. L'entreprise change alors de nom pour Baignol & Farjon. En 1877 l'entreprise s'implante également à Paris.

Leurs fils et petits-fils deviennent successivement dirigeants de l'entreprise au caractère familial prononcé.

En 1920 l'entreprise propose six types de produits et se diversifie jusqu'à proposer en 1970 500 articles différents. Durant les années 60, 4 produits majeurs de la gamme voient le jour : le marqueur Onyx-marker, le stylo-feutre Visa, le crayon Plastidécor et le marqueur effaçable Velleda.

Jusqu'en 1975, l'entreprise est un des leaders du marché, mais à partir de 1976, le chiffre d'affaires diminue et Baignol et Farjon est obligée en 1979 de fusionner avec Blanzy-Conté-Gilbert à Nanterre[1], puis est rachetée la même année par Bic.

Sources[modifier | modifier le code]

  • L'aventure industrielle de l'entreprise "Baignol et Farjon"

Laurent Bigand, Revue du Nord, 1996 n°316 pp. 511-517.

  • "Les plumes à l'ordre des crayons ou La saga de Baignol & Farjon à Boulogne-sur-Mer" Robert Bernard, Éd. Au fil de la plume, 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Crayon Baignol et Farjon.jpg