Bahnar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un rong (maison commune) bahnar dans le village de Kon Kotu

Les Bahnar, également orthographié Ba Na, sont une population du Vietnam vivant principalement dans la région du Tay Nguyen, c'est-à-dire les provinces centrales de Gia Lai et Kon Tum, ainsi que dans les provinces côtières de Binh Dinh et Phu Yen. Ils sont au nombre de 175 000 (1999).

Langue[modifier | modifier le code]

La langue bahnar (en) appartient à la branche môn-khmer des langues austroasiatiques et a donné son nom à un rameau de cette branche, les langues bahnariques.


Culture[modifier | modifier le code]

Style de vie

Les gens vivent dans des zones Bahnar vastes de Gia Lai et Kon Tum à l'ouest des provinces de Binh Dinh, Phu Yen et Khanh Hoa. Ils vivent principalement dans des maisons sur pilotis, caractérisées par la porte d'entrée à l'avant de la maison. Les toits sont décorés avec des cornes à chaque extrémité. Il y a une maison communale (Nha Rong), identifiée à partir d'autres logements par sa haute toiture magnifique. La maison communale est un lieu où les activités publiques sont tenues, y compris l'éducation pour les jeunes, les cérémonies, les essais, etc

Mariage

La monogamie est un principe fondamental du mariage Bahnar. L'échange de lieux de vie par les couples nouvellement mariés est de plus en plus populaire. Après une période de temps où le mari vit à la maison de sa femme, et vice-versa, le couple se déplace ensuite à un nouvel endroit où s'établir et devient une nouvelle cellule de la communauté.

Vie spirituelle[modifier | modifier le code]

Les Ba-na sont animistes, c’est-à-dire qu’ils ont un génie pour chaque fleuve, source, montagne, etc. la plupart des mythes sont proches des autres ethnies du Vietnam. Les chansons, les aires anciennes, les danses expriment des conceptions saines de la vie et la joie de vivre.

Les Ba-Na croient en trois mondes :

  • Le premier monde où vivent les hommes, les héros, les êtres fabuleux, les animaux et les plantes
  • Le deuxième monde où les morts rejoignent les mânes
  • Le monde des génies

Le monde des Morts :

Pour les Ba-Na, le monde des morts est parfaitement similaire à celui des vivants, et les esprits vivent toujours dans le village. Les Ba-Na croient que les morts comme les vivants ont besoin de vêtements, de maison, de la nourriture et de l’argent. C’est pour cela que la famille du mort l’enterre avec les objets nécessaires et ils construisent une hutte au-dessus de la tombe, cette hutte représente la maison de l’esprit. La famille n’enterre pas le défunt tout de suite, ils vont garder la tombe pendant quelques mois, voire quelques années pour les plus riches. Pendant cette période, la famille s'occupe de la tombe en la nettoyant et ils font tous les mois des offrandes de nourriture : porc ou poulet. Après cette période, la famille enterre la tombe au cimetière aux abords du village.

Pour les Ba-Na, la vie des esprits n’est pas éternelle, l’esprit vieillit et meurt. C’est seulement à partir de là que le cycle de la vie prend fin. L’esprit se transforme donc en rosée, se condense à la lumière du jour et se dissout dans la terre.

Le monde des génies :

La conception du monde des génies pour les Bahnar est à peu près la même que nous[pas clair] car ils le désignent comme les « les cieux, en haut ». Les cieux sont l’endroit où résident les plus puissants Génies. Les Génies ont une vue déformée, c’est-à-dire qu’ils ne voient pas comme nous, par exemple les Mânes voient une gourde mais les Génies verront un buffle. Les Génies vivent de la même façon que les Bahnar, ils ont aussi une maison, des objets, etc. Ils viennent de temps en temps dans le monde des vivants pour recevoir leurs offrandes. Ils sont invités par les vivants à venir s’installer à côté de l’officiant lors des sacrifices qui leur sont offerts. La différence essentielle entre le monde des vivants et le monde des Génies, est que la vie de ces divinités se déroule six mois à l’avance. À côté des génies protecteurs, il y a des esprits malfaisants, ce sont des génies féroces à qui les Bahnar ne demandent rien, ils cherchent simplement à les chasser

Musique[modifier | modifier le code]

Les instruments sont pour la plupart en bambous et sont ornés. Voici quelques noms d’instruments : t’rung (xylophones), bro, klong put, ko ni, khinh khung, et les trompettes to tiep.

Littérature épique[modifier | modifier le code]

Les épopées (en langue Bahnar: h'amon) telle Dam Noi représentent les aspirations séculaires du peuple Bahnar.

Bahnar renommés[modifier | modifier le code]

  • Dinh Nup, un héros qui entraîna les villageois dans la guerre de résistance contre le régime colonial français. Il est le personnage principal d'un célèbre roman intitulé Đất nước đứng lên ("Country rising up", Le pays se soulève), écrit par Nguyên Ngọc, dont des extraits figurent dans les manuels scolaires vietnamiens, et qui a été à l'origine d'un film (renseignements tirés de Wikipédia en vietnamien).
  • Ja Dok, une héroïne, épouse de Nguyễn Nhạc
  • Siu Black, une chanteuse populaire

Festival[modifier | modifier le code]

  • Koh Kpo (ou Groong Kpo Tonơi)ou Buffalo Festival, pendant lequel on sacrifie un buffle pour remercier les dieux de favoriser les bonnes récoltes et de préserver la bonne santé des habitants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]