Armide (1821)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Armide (1812))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


L'Armide était une frégate à voiles de second rang de type XVIII[1], lancée en 1821 et démolie en 1888.

Classe Thétis[modifier | modifier le code]

Ces frégates de 800 tonneaux furent produites sur des plans de Jacques-Noël Sané pour la classe Vénus de 1781. Elles avaient un équipage de 327 hommes réduit à 110 en cas de reconversion en transport et ne gardaient alors que deux canons.

En 1817 l'armement était de 28 canons de 18 livres, 14 caronades de 24 et 2 caronades de 8. En 1829 son armement fut augmenté 28 canons de 18 livres, 16 caronades de 24 et 2 caronades de 18.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mise en chantier à Nantes en , elle est acheminée sur Lorient en pour y être achevée. Lancée le [1], elle appareille pour son premier voyage vers le Brésil. Le elle se trouve à l'île Bourbon, dans l'océan Indien.

Commandée par le capitaine de vaisseau Hugon, elle participe à la bataille de Navarin en 1827, détruisant quatre corvettes turques et capturant la Sultania ; le elle participe à l'attaque du château de Morée.

À la suite d'une épidémie de fièvre jaune elle devient un navire-hôpital en 1832. Partant de l'Île Bourbon, elle arrive à Brest le , puis gagne les Antilles. Elle repart en 1852 pour les Antilles sous le commandement du capitaine de frégate Bizien en passant par le Sénégal et Cayenne ; elle y est convertie en transport en 1853 et fait plusieurs voyages jusqu'à Brest.

Elle est condamnée le et devient un navire école et un magasin à Rochefort, où elle est renommée Entrepôt en 1866. Après un dernier aller-retour pour Brest en , elle est démolie en 1888.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Roche (dir.), Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 1 : 1671 à 1870, éditions LTP, , 530 p., p. 35