Architecture parlante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Élévation géométrale du temple de la Terre. Dessin de Jean-Jacques Lequeu (1794).

L'architecture parlante est l'architecture associée originellement à Claude-Nicolas Ledoux, puis plus largement à celle de l'époque des Lumières[1], avec des architectes tels qu'Étienne-Louis Boullée ou Jean-Jacques Lequeu.

Selon l'historien de l'architecture Emil Kaufmann, l'expression est utilisée pour la première fois dans Etudes d'architecture en France, un essai consacré aux travaux de Ledoux et publié en 1852 dans Le Magasin pittoresque[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Molok 1996.
  2. (en) Emil Kaufmann, Architecture In The Age Of Reason Baroque and Post-Baroque in England, Italy, and France, Harvard University Press, , p. 130, 251

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Molok, « « L'architecture parlante », ou Ledoux vu par les romantiques », Romantisme, no 92,‎ , p. 43-53 (lire en ligne)
  • (en) Richard Wittman, « Architecture Parlante–an anti-rhetoric? », Daidalos, no 64,‎ (lire en ligne)