Anthropos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anthropos est un mot grec ancien (Άνθρωπος) translittéré tel quel dans les langues modernes. Écrit généralement avec une majuscule, il désigne l'humain dans sa détermination la plus générique[Note 1], qui est l'objet de l'anthropologie et le principe de l'anthroposophie. Il sert, par métonymie, de nom propre à des publications et institutions.

Concept[modifier | modifier le code]

Hors de toute connotation spirituelle, anthropos demeure un des noms possibles pour désigner l'objet de l'anthropologie, voire de toute science sociale, quelle que soit son orientation[1]. Mais il est plus spécifiquement employé dans les contextes suivants, où le terme prend une signification nettement essentialiste :

L'anthropoloque religieux Marcel Jousse fait d'Anthropos le concept clé de ses recherches[2].

L'anthropos peut également désigner le « tronc mental universel » thématisé par Edgar Morin[3].

C'est cette valeur essentialiste qui donne au terme une valeur poétique, comme chez le poète américain Edward Estlin Cummings, et son recueil Anthropos, l'avenir de l'art[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Alain Delaunay écrit par exemple dans l'article « Vertical et horizontal » de l'Encyclopædia Universalis : « Bien plus que la main, la métaphore centrale pour désigner Anthropos est ici celle de la verticalité de la colonne vertébrale, et son empilement de segments vertébraux, comme autant d'unités horizontales de coordination anatomo-fonctionnelle. »
Références
  1. Voir par exemple le volume d'hommage à Pierre Bourdieu, édité par Paul Rabinow sous le titre Anthropos today, Princeton university press, 2003.
  2. Albert Petit définit l'œuvre de Marcel Jousse comme une recherche « des lois fondamentales qui commandent les mécanismes logiques spécifiques de l'Anthropos » ; Encyclopædia Universalis, s.v. « Marcel Jousse ».
  3. Cf. Éric Letonturier, « L'esprit du temps, livre de Edgar Morin », dans l'Encyclopædia Universalis.
  4. Adaptation française publiée par Le Temps qu'il fait, Cognac, 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]