Andrée Vernay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Andrée Vernay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Andrée Vernay, née à Lyon en 1914 et morte à Marrakech le , à l'âge de 28 ans, est une poétesse de langue française[1] dont l’œuvre constituée d'un unique recueil de poèmes Dernière Terre[2], a été publié à titre posthume en 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andrée Vernay perd ses parents de bonne heure[3]. Si son frère et sa sœur sont entrés dans les ordres, de son côté elle perdit très vite la foi, expérience qui affleure dans de nombreux poèmes[4]. Elle interrompt ses études à l'âge de 17 ans, après avoir appris qu'elle était atteinte de la tuberculose[5], maladie qui aura une grande influence sur ses textes et sera la cause de sa mort. N'ayant rien publié de son vivant, ses premiers poèmes paraîtront en 1960 et en 1961 dans la revue Ariane[6], dirigée par Marguerite Grépon qui la fera connaître.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Moulin, Poésie féminine, époque moderne, Seghers, « Marabout », Paris, 1963, p. 310.
  2. Andrée Vernay, Dernière Terre, préface de Marguerite Grépon, Paris, Debresse, « les Amazones », 1962, 62 p.
  3. Jeanine Moulin, op. cit., p. 310.
  4. c.f. Journée Déchirante..., Andrée Vernay, op. cit. p. 51.
  5. c.f. préface de Marguerite Grépon, Dernière Terre, p. 8.
  6. Jeanine Moulin, op. cit., p. 310.

Liens externes[modifier | modifier le code]