Amenmès (fils de Thoutmôsis Ier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Amenmès.

Amenmès
Image illustrative de l’article Amenmès (fils de Thoutmôsis Ier)
Amenmès et Ouadjmès
(bas-relief de la tombe EK3 de leur tuteur Pahéri à El Kab, dessin de Karl Richard Lepsius, 1849).
Nom en hiéroglyphe
<
M17Y5
N35
F31S29
>
Famille
Père Thoutmôsis Ier
Mère Ahmès ou Moutnofret Ire
Fratrie Hatchepsout
Thoutmôsis II
Ouadjmès
Néféroubity

Amenmès (ou Amenmosé, ou encore Imenmès), qui signifie « Né d'Amon », est un prince de la XVIIIe dynastie égyptienne. Il est le fils du pharaon Thoutmôsis Ier. L'identité de sa mère n'est pas certaine : il peut s'agir de la grande épouse royale Ahmès, ou bien de l'épouse secondaire du roi, Moutnofret. Il est donc le frère ou le demi-frère de la reine-pharaon Hatchepsout, de la princesse Néféroubity et des princes Ouadjmès et Thoutmôsis, futur Thoutmôsis II.

Connu principalement grâce à un fragment de naos[1] retrouvé à Gizeh, il porte déjà, en l'an 4 du règne de son père, les titres de fils royal aîné, et général en chef de son père[2]. Le nom du prince est inscrit dans un cartouche, fait rare pour un fils de roi, soulignant sans doute la grande importance du personnage.

Sur la courte inscription du fragment est décrite la promenade de plaisance de l'héritier à Gizeh, un thème qui sera repris et développé ultérieurement[3]. Général en chef, le prince Amenmès devait vivre, temporairement ou de manière permanente à Memphis, où l'on sait que son père Thoutmôsis Ier possédait un palais.

Il mourut entre l'an 4 et la fin du règne de son père dont les successeurs furent Thoutmôsis II et Hatchepsout.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Louvre E 8074
  2. Christiane Zivi, Giza au deuxième millénaire, IFAO 1977, p. 52 à 54
  3. notamment par Amenhotep II et Thoutmôsis IV

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christiane M. Zivie, Giza au deuxième millénaire, IFAO,  ;