Cranes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alison Shaw)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crane.
Cranes
Description de cette image, également commentée ci-après
Cranes, Bois-le-Duc, aux Pays-Bas en 2004.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock gothique, dream pop
Années actives 19891997, depuis 2001
Labels Bite Back, Dedicated/RCA, Arista Records, Dadaphonic
Composition du groupe
Membres Alison Shaw
Jim Shaw
Paul Smith
Ben Baxter
Jon Callender
Anciens membres Mark Francombe
Matt Cope
Manu Ross

Cranes est un groupe de rock britannique, originaire de Portsmouth, en Angleterre. Le nom du groupe se réfère aux innombrables grues mécaniques (« crane » en anglais) qui dominaient le port de Portsmouth jusque dans les années 1990.

La constante caractéristique du groupe est le chant de la chanteuse Alison Shaw, frêle femme-enfant à la voix particulière, proche de celle de la chanteuse française Vanessa Paradis. Le style musical a évolué d'un rock gothique assez sombre et brutal, dominé par les guitares à des ambiances plus feutrées et travaillées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1989–1996)[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 1989[1] autour des frères et sœur Jim et Alison Shaw, lorsqu'Alison, revenant de l'université, découvre que son frère musicien a les mêmes goûts musicaux qu'elle[2]. Le duo publie une cassette, Fuse, en 1986 et débute sur scène en 1987[2]. Un deuxième album, intitulé Self-Non-Self, sort en 1989 ; cettesortie mène le groupe à effectuer deux sessions pour John Peel et son émission sur la BBC Radio 1[3],[4].

Le groupe s'étoffe ensuite en recrutant Mark Francombe et Matt Cope. Cranes est repéré par John Peel qui leur fait jouer une Peel Session sur BBC. Cet évènement accélère la carrière du groupe qui publie son album Wings of Joy et plusieurs EP : Inescapable (1990), Espero (1990), Adoration (1991) et Tomorrow's Tears (1991)[5]. Le groupe The Cure, séduit par ces disques, les recrute pour assurer la première partie de leur Wish Tour aux États-Unis et en Europe en 1992. Cette tournée inspire au groupe l'album Forever. Le titre de l'album est tiré du nom d'une chanson de The Cure, qui était alors régulièrement jouée lors des rappels. À au moins une occasion (à Dublin), Cranes a d'ailleurs rejoint The Cure sur scène lors du rappel pour interpréter ensemble cette chanson. La collaboration avec The Cure se poursuivra même au-delà de la tournée, quand Robert Smith produit un remix d'un des titres de l'album (Jewel, classé 29e des charts[2])[5]. Il existe différentes versions de ce disque. D'une part une version qui comprend un disque bonus de quatre titres, dont At Sea, Slide et deux versions instrumentales de Wings of Joy et Trumpet Song. L'autre version collector de Forever est un second disque de remixes des morceaux de l'opus en question.

L'album Loved, publié en 1994, s'inscrit dans la continuité de Forever. Il s'agit du dernier album dans lequel les guitares ont autant d'importance. À la suite de la tournée, le groupe enregistre alors La Tragédie d'Oreste et Électre (juin 1996), basé sur la pièce de théâtre Les Mouches de l'écrivain et philosophe français Jean-Paul Sartre[6]. Sur une musique originale du groupe, les textes de Sartre sont récités en français, langue qu'Alison a étudiée à l'université. Cet album passe inaperçu et il est aujourd'hui difficile de s'en procurer un exemplaire.

Population 4 et pause (1997)[modifier | modifier le code]

L'album Population 4, publié en 1997, marque une progression vers une musique de plus en plus accessible, apaisée et acoustique et un chant plus articulé d'Alison, qui permet de comprendre les paroles[7]. L'album est enregistré entre 1995 et juin 1996[7]. Pour la première fois, le groupe met à disposition les paroles des chansons. L'emploi du terme Fuck dans les paroles de Tangled Up déclenchera un débat entre les fans sur le forum officiel du groupe. Un peu plus tard, le groupe sort le livre Til the Star Shine (décembre 1998) qui reproduit une sélection de paroles de chansons.

En 1997, le groupe sort sa première compilation EP Collection, en double album. Le premier disque rassemble différentes chansons qui n'étaient disponibles que sur des EP, tandis que le second constitue un Best of de la carrière du groupe, et se termine par deux chansons bonus, dont un remix de Starblood. Le disque permet de retrouver les chansons de qualité que le groupe avait pris l'habitude d'inclure en face B de ses singles, comme Leave Her to Heaven et September.

L'année 1998 est une année sombre pour le public fidèle à The Cranes. À l'exception de trois concerts en Suisse, le groupe se met en hibernation et doit gérer des changements au sein de la formation (départ de Manu et de Mark Francombe). Le groupe continuera toutefois à assurer des concerts, mais au compte-goutte et en Europe uniquement,

Retour (depuis 2001)[modifier | modifier le code]

Alison Shaw, chanteuse du groupe, en concert en 2008.

Après une pause de quatre ans (1997-2001), Cranes revient avec une formation partiellement renouvelée[8]. Les albums Future Songs (2001), et Particles and Waves (2004) bénéficient d'un bon accueil critique[5],[9]. La musique est devenue plus douce et atmosphérique, intègre des synthétiseurs, bien loin des guitares saturées des premiers albums du groupe. Le dernier disque studio du groupe est également disponible sur le marché américain dans une version spéciale qui intègre en bonus un DVD de quelques titres live. À noter qu'à la suite du conflit avec la maison de disques (Dedicated), le groupe monte son propre label Dadaphonic pour auto-gérer sa distribution[10].

Entre ces deux albums, Cranes sort son Live in Italy en 2003. Par ailleurs, Alison Shaw participe au projet Trash Palace en 2002. Elle y interprète la chanson Your Sweet Love, chanson douce sur une belle nappe electro dans l'esprit des compositions (alors à venir) de Particles and Waves. Le morceau Astronauts de l'album Particles and Waves sert de fond musical à la publicité pour American Express dans laquelle joue Kate Winslet. Le morceau-titre de l'album est chanté en français.

En janvier 2007, le groupe met en vente un extrait de son concert au Paradiso d'Amsterdam en 1991. Cet enregistrement est uniquement disponible sous la forme numérique et ne peut être acheté que sur internet. Sept morceaux sont disponibles, dont l'inédit Slow Song. Plus tard, les vidéoclips destinés à la promotion des singles ne sont toujours pas disponibles en DVD (ni même en VHS d'ailleurs). À la suite du conflit avec Dedicated, qui demande beaucoup trop d'argent, le groupe ne peut pas proposer une compilation de ses vidéos-clips. En 2008, le groupe publie son album homonyme[11].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Jim Shaw - guitare, chant occasionnel (depuis 1989), batterie (1989-1996)
  • Alison Shaw - chant, basse occasionnel (depuis 1989)
  • Paul Smith - basse, guitare, claviers (depuis 1997)
  • Jon Callender - batterie (depuis 1999)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Mark Francombe - guitare, basse, claviers (1990-1999)
  • Matt Cope - guitare (1990-1996)
  • Manu Ros - batterie (1996-1999)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Album live[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Live in Italy

EP[modifier | modifier le code]

  • 1990 : Inescapable
  • 1990 : Espero
  • 1991 : Adoration
  • 1991 : Tomorrow's Tears
  • 1993 : Jewel
  • 1993 : Forever Remixes
  • 1994 : Shining Road
  • 1997 : Can't Get Free
  • 1997 : EP Collection, Vol. 1 and 2
  • 2002 : The Moon City / It's a Beautiful World
  • 2002 : Submarine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Media Coverage – Interviews », sur Starblood.org.
  2. a, b et c Martin Charles Strong, The Great Indie Discography, Canongate U.S., , 690–691 p. (ISBN 978-1-84195-335-9).
  3. (en) Bottomly, Mo (1991) Cranes, Lime Lizard, mars 1991, pages 4-6.
  4. (en) Keeping it Peel, « Cranes », sur BBC (consulté le 2 janvier 2011).
  5. a, b et c (en) Stephen Thomas Erlewine, « Cranes Biography », sur AllMusic (consulté le 19 janvier 2018).
  6. (en) Ned Regett, « Cranes Tragedy of Orestes and Electra - Review », sur AllMusic (consulté le 19 janvier 2018).
  7. a et b (en) « Cranes - Population 4 Review », sur AllMusic (consulté le 19 janvier 2018).
  8. (en) Nesset, Kirk, « The Cranes: An Interview With Ali Shaw », Legends Magazine Online (consulté le 10 septembre 2006).
  9. (en) « Particles and Waves - Review », sur AllMusic (consulté le 19 janvier 2018).
  10. (en) Strutt, Anthony, « Cranes : Interview with Alison Shaw », sur pennyblackmusic.co.uk, .
  11. (en) Bodman, Paul, « Review of Cranes (2008) », Daily Music Guide, (consulté le 18 octobre 2008).

Liens externes[modifier | modifier le code]