Aïn Tedles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ain Tedles)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aïn Tédlès
Aïn Tedles
Aïn Tédlès
Noms
Nom arabe عين تادلس
Nom berbère ⵜⴰⵍⴰ ⵜⴰⴷⵍⴻⵙ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Mostaganem
Daïra Aïn Tedles
Code postal 27200
Code ONS 2707
Démographie
Population 38 823 hab. (2008[1])
Densité 451 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 59′ 47″ nord, 0° 17′ 52″ est
Superficie 86 km2
Localisation
Localisation de Aïn Tédlès
Localisation de la commune dans la wilaya de Mostaganem.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Aïn Tédlès

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Aïn Tédlès

Aïn Tédlès est une commune de la wilaya de Mostaganem en Algérie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Aïn Tédlès est un composé arabo-berbère signifiant aïn (source en langue arabe) et tédlès (du mot berbère adlis, tadlist), ce qui donne la désignation suivante du lieu par : la source du diss (une plante rugueuse)[2] ou la source verdoyante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par décret en 1848 Aïn-Tédlès reçoit d'abord des Parisiens, boutiquiers ruinés et ouvriers sans travail après la Révolution de 1848. Cent familles sont dirigés sur le centre et logent dans des baraques en planches construites par le Génie militaire. A proximité de la source qui tombe dans un ravin, les premiers colons construisent lavoir, abreuvoir, bassin d'arrosage et plantent les premiers eucalyptus et trembles, qui forment la pépinière.

Chaque concession initiale attribuée aux colons comprenait : une maison et 8 à 12 hectares à défricher. De 1848 à 1852, devant les difficultés de ce début d'installation, un tiers environ des colons parisiens abandonnent et repartent. Ils furent remplacés par de nouveaux arrivants venus de la Drôme, du haut Gard, de l’Aveyron, du Var et du Pas de Calais. Paysans, connaissant le travail de la terre, ils surent à force de travail, mettre en valeur cette terre ingrate.

En 1852, le régime militaire fait place à une administration civile. Les colons gagnent en liberté, mais perdent en sécurité : plusieurs crimes sont commis sur la route de Mostaganem à Aïn-Tédlès.

En 1856, le village est érigé en commune. Dès 1875, une ligne de chemin de fer, passant par la commune relie Mostaganem à Relizane.

Aïn-Tédlès devient une station importante. Des routes sont ouvertes. Les champs sont défrichés et plantés de vigne ou oliviers. Les constructions se multiplient : mairie, église, marché, écoles, dispensaire, deux caves coopératives, deux huileries, viticoop de distillation, stade Henri-Flous, salle de fêtes, etc...

En 1930 « Année du Centenaire », on compte 20 000 oliviers produisant 30 000 litres d'huile et conserves d'olives. On compte aussi 5 000 hectares de vigne produisant 200.000 hectolitres de vin. (Source : extrait partiel de PNHA n°142). Peu à peu, la vigne et les oliviers remplacèrent les maigres cultures de céréales et ces essais infructueux, le vin et l’huile d’olive vierge firent la réputation de la cité[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Aïn Tédlès est la deuxième commune la plus peuplée de la wilaya de Mostaganem après Mostaganem[4], selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population de la commune d'Aïn Tedles est évaluée à 38 823 habitants contre 6 606 en 1977:

Évolution démographique
1977 1987 1998 2008
6 60611 04031 53838 823
(Source : recensement [5])

Notes et références[modifier | modifier le code]