Aigle de Verreaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aquila verreauxii

Aquila verreauxii
Description de cette image, également commentée ci-après
Un aigle de Verreaux
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae
Genre Aquila

Nom binominal

Aquila verreauxii
Lesson, 1831

Répartition géographique

Description de l'image Aquila verreauxii distr.png.

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/06/2013

L'Aigle de Verreaux (Aquila verreauxii) ou Aigle noir (d'Afrique) ou aigle noir à dos blanc, est une espèce de rapaces diurnes appartenant à la famille des Accipitridae.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est nommé en hommage du botaniste et ornithologue français Jules Verreaux (1807-1873).

Répartition[modifier | modifier le code]

Il vit de manière disparate en Afrique subsaharienne ainsi que dans le nord-est du Niger, l'est du Tchad, au Darfour, le sud-est de l'Égypte et la péninsule Arabique[1].

Description[modifier | modifier le code]

L'aigle de Verreaux est un très grand rapace, qui mesure entre 75 et 95 cm et pèse jusqu’à 6 kg. Il peut atteindre 2,5 m d'envergure. Son plumage est noir, avec une zone claire à la main. Au milieu du dos se dessine un motif caractéristique en "U" ou en "V". En vol, ce motif est relié au croupion immaculé par une raie blanche. La forme des ailes est aussi typique, avec une base et une main étroites, et un centre plus large (secondaires saillantes). Le bec est assez gros avec une base jaune, et une extrémité grise très crochue. Le cercle oculaire et les pattes sont également jaunes.

Le juvénile rappelle l'aigle royal adulte, mais il en diffère notamment par la forme caractéristique de ses ailes, mais aussi par une tête plus petite, un cou noir et plus long et une queue un peu plus courte[2]. C'est une espèce où le caïnisme est systématique avec l'oisillon le plus fort qui tue le plus faible dans la nichée.

Le réserve naturelle du Cederberg, dans le massif montagneux du même nom en Afrique du Sud, héberge l'une des plus grandes concentrations au monde d'aigles de Verreaux qui y privilégient son grand nombre de falaises[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://datazone.birdlife.org/species/factsheet/22696067
  2. le guide ornitho - Lars Svensson - édition delachaux et niestlé
  3. Floriane Dupuis, « Massif du Cederberg - Ballade nature en grès massif », Terre Sauvage,‎ , p. 92-94

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :