Agroforêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Agroforêts de Tayap (Cameroun)

Une agroforêt, aussi appelée système agroforestier, est une forêt dont la composition faunistique et floristique sont gérées par la ou les populations humaines locales.

L'intérêt pour ces populations est la constitution d'un cadre de vie satisfaisant leurs divers besoins, en termes d'alimentation, de matériaux de construction, d'artisanats variés, d'énergie, de produits médicinaux et d'activités sociales.

Les écosystèmes désignés comme agroforêts sont en général situées en zone intertropicale.

Les agroforêts sont de fait une forme de sylviculture menée par des agriculteurs de pays du Sud. Ces plantations sont des « forêts », des écosystèmes dominés par des arbres et fonctionnant selon des règles qu’elles partagent avec des forêts naturelles. Mais une sylviculture particulière, dans le sens où l'on est a un lien fort avec l’agriculture.

En général, on peut caractériser une agroforêt comme un système agroforestier complexe, avec une structure multi-strate de la végétation, un grand nombre de composantes (arbres, arbustes, lianes, herbacées), un fonctionnement écologique similaire aux forêts naturelles. De par leur structure multi-étagée, leur faciès forestier et leur composition floristique, les agroforêts détiennent une grande diversité arborée[1]. De fait, la structure des agroécosystèmes oasiens pourrait définir les oasis comme des agroforêts[2].

L'une des qualités[non neutre] de ces systèmes complexes est qu'ils sont moins sujets aux risques phytosanitaires que les exploitations industrielles en monoculture endurent. Cela a été montré par exemple au Cameroun et au Costa Rica pour les agroforêts à cacaoyers : la répartition de la végétation permet de réguler les attaques des bioagresseurs[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Diabaté M., Béavogui P., Guilavogui K., Lamanda N., de Foresta H., « Comparaison agroforêt/forêt en Guinée forestière : structure et composition », sur http://cirad.fr (consulté le 12 mai 2017)
  2. Vincent Battesti, Jardins au désert, Évolution des pratiques et savoirs oasiens, Jérid tunisien, IRD Éditions, coll. « À travers champs », (lire en ligne)
  3. Cirad, « Agroforêts à cacaoyers : la répartition de la végétation permet de réguler les attaques des bioagresseurs - CIRAD », sur www.cirad.fr (consulté le 12 mai 2017)