Agence de prévention et de lutte contre la corruption

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agence de prévention et de lutte contre la corruption
Création
Forme juridique Service public
Siège social Kinshasa
Drapeau de République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Direction Ghislain Kikangala

L'Agence de prévention et de lutte contre la corruption abrégée en (APLC) est un établissement public de la République démocratique du Congo. Elle a pour mission de prévenir et de lutter contre la corruption qui gangrène la République démocratique du Congo[1]. Elle succède au bureau de l’ancien conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge de la lutte contre la corruption, le terrorisme et blanchiment des capitaux.

Après plusieurs demandes formulé par des ONG auprès du Président de la République démocratique du Congo, sur la matérialisation des ses promesses faites à la première édition de la journée africaine de lutte contre la corruption[2], arrivé le 28 mars 2020, l'Agence de prévention et de lutte contre la corruption[3] est créer par l'ordonnance du Président de la République[4].

L'agence de prévention et de lutte contre la corruption est diriger par Ghislain Kikangala nommé par ordonnance présidentielle du 18 juillet 2020[5],[6].

Mission[modifier | modifier le code]

L'Agence de prévention et de lutte contre la corruption a pour mission de :

  • concevoir, élaborer et proposer au Chef de l’Etat les stratégies et politiques à mettre en œuvre par les institutions de la République pour promouvoir la bonne gouvernance et lutter efficacement contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ;
  • faire mener toutes les investigations, enquêtes, et instructions susceptibles d’identifier, interpeller et sanctionner toute personne ou groupe des personnes, organisations, organismes, entreprises ou autres services impliqués dans les actes de corruption, de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme ;
  • collaborer avec l’Inspection Générale des Finances, la Cellule Nationale de Renseignements Financiers et autres services de contrôle pour ouvrir des investigations préparatoires et préalables à la saisine des instances judiciaires sur les dossiers de corruption, de concussion, de détournement des deniers publics, de fraude, de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme lui soumis par le Chef de l’Etat ou les dénonciateurs ;
  • dresser le monitoring des actes de corruption, de détournement des deniers publics, de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme ;
  • proposer au Chef de l’Etat les orientations et sanctions éventuelles à appliquer dans chaque cas ou circonstances conformément à la Constitution et aux lois de la République, en vue de faciliter la collaboration éventuelle avec les services classiques d’investigation.

Qualité juridique[modifier | modifier le code]

Certains membres des services l'Agence de prévention et de lutte contre la corruption seront revêtus de la qualité d’officier de police judiciaire à compétence générale en République Démocratique du Congo. L'Agence de prévention et de lutte contre la corruption, recourt aux services des magistrats du Parquet compétent et le cas échéant, au Ministre de la Justice, pour tout acte de sa compétence touchant à la mise en œuvre de l’action publique.

Notes et références[modifier | modifier le code]