Aegyptopithecus zeuxis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aegyptopithecus)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aegyptopithecus zeuxis
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution graphique
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Sous-ordre Haplorrhini
Infra-ordre Simiiformes
Micro-ordre Catarrhini
Super-famille  Propliopithecoidea
Famille  Propliopithecidae

Genre

 Aegyptopithecus
Simons, 1965

Nom binominal

 Aegyptopithecus zeuxis
Simons, 1965

L'Aegyptopithecus, que l'on appelle aussi Singe de l'aube, est un genre fossile de primates simiiformes de l'Oligocène. Sa seule espèce connue, Aegyptopithecus zeuxis, vivait en Égypte il y a environ 30 millions d'années, dans ce qui était à l'époque une forêt tropicale chaude et humide.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est dans la dépression du Fayoum, une région d'Égypte située au bord du désert saharien, à 100 km au sud-ouest de la ville du Caire, que le paléontologue américain Elwyn Simons (en) découvre en 1965 les restes fossiles assez complets d'un représentant ancien du micro-ordre des singes catarrhiniens, ou singes de l'Ancien Monde.

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Cette espèce fossile est considérée aujourd'hui comme un taxon basal de singe catarrhinien[1], ou peut-être, comme un lointain ancêtre des Hominoidea et des Cercopithecoidea, les deux super-familles de singes actuels de l'Ancien Monde, apparues il y a environ 25 millions d'années.

Phylogénie des familles actuelles de singes, d'après Perelman et al. (2011)[2] et Springer et al. (2012)[3] :

 Simiiformes 
 Catarrhini 
 Cercopithecoidea 

Cercopithecidae (babouins, macaques, colobes...)


 Hominoidea 

Hominidae (orang-outans, gorilles, chimpanzés et hommes)



Hylobatidae (gibbons)




 Platyrrhini 

Pitheciidae (calicèbes, sakis...)




Atelidae (atèles, singes hurleurs...)



Cebidae (sapajous, capucins...)





Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce singe est un quadrupède arboricole peu spécialisé sur le plan de l'appareil locomoteur et doté d'une longue queue. Son poids a été estimé à environ 7 kg. La combinaison de caractères ancestraux et dérivés ( museau allongé et caractères postcrâniens primitifs, orbites sur la face antérieure et denture modernes) traduit une évolution en mosaïque et fait apparaître ce primate fossile « comme le parfait archétype de notre ancêtre et de celui des grands singes[4] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Colloque au Collège de France par Yves Coppens et Michel Brunet, Nouvelles perspectives pour l'histoire de l'humanité, Olivier Chavasseau, Évolution des primates anthropoïdes : nouvelles perspectives asiatiques, voir la vidéo en ligne, 3-4 juillet 2018
  2. (en) P. Perelman, W. E. Johnson, C. Roos, H. N. Seuánez, J. E. Horvath, M. A. M. Moreira, B. Kessing, J. Pontius, M. Roelke, Y. Rumpler, M. P. Schneider, A. Silva, S. J. O'Brien et J. Pecon-Slattery, « A molecular phylogeny of living primates », PLoS Genetics, vol. 7, no 3,‎ , e1001342 (PMID 21436896, PMCID 3060065, DOI 10.1371/journal.pgen.1001342, lire en ligne)
  3. (en) Mark S. Springer, Robert W. Meredith, John Gatesy, Christopher A. Emerling, Jong Park, Daniel L. Rabosky, Tanja Stadler, Cynthia Steiner, Oliver A. Ryder, Jan E. Janečka, Colleen A. Fisher et William J. Murphy, « Macroevolutionary Dynamics and Historical Biogeography of Primate Diversification Inferred from a Species Supermatrix », PLoS ONE, vol. 7, no 11,‎ , e49521 (ISSN 1932-6203, PMID 23166696, PMCID 3500307, DOI 10.1371/journal.pone.0049521, lire en ligne)
  4. Jean-Jacques Jaeger, Les mondes fossiles, Odile Jacob, , p. 225.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]